BFMTV

Rentrée scolaire: Blanquer assure qu'"il ne manquera pas d’enseignants dans les classes"

Le ministre de l'Éducation nationale a assuré que "des moyens de remplacement pour les quelques professeurs qui ont été définis comme vulnérables" avaient été prévus.

En déplacement ce lundi, à la veille d'une rentrée scolaire qui s'annonce particulière, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a tenu à rassurer. Depuis le lycée professionnel Pierre et Marie Curie de Château-Gontier-sur-Mayenne dans le département du même nom, ce dernier a assuré que les effectifs de professeurs seraient au complet pour ce 1er septembre.

"Normalement il ne manquera pas d'enseignants dans les classes, c'est une rentrée qui est bien préparée. On a réussi à la préparer malgré la crise sanitaire, c'est-à-dire que les concours ont pu se tenir, les recrutements ont pu se faire. Par ailleurs, dans l'enseignement primaire nous avons pu recruter plus de professeurs", a-t-il détaillé.

Comme l'a encore expliqué le ministre, "quelques exceptions" peuvent subsister mais de manière générale, "la rentrée scolaire sera aussi normale que possible" et les possibles absents seront remplacés.

"Je n’ai pas d’inquiétude sur ce point d’autant plus qu’on a des moyens de remplacement pour les quelques professeurs qui ont été définis comme vulnérables par leur médecin, ne pourront pas être là, leur remplacement aura lieu", ajoute encore Jean-Michel Blanquer.

Protocole strict

La semaine passée, le ministre de l'Éducation nationale avait détaillé le protocole sanitaire mis en place dans les établissements scolaires alors que les chiffres de contaminations sont en hausse sur l'ensemble du territoire. De fait, l'ensemble des adultes devront porter le masque, tout comme les collégiens et lycéens.

En cas de contamination en milieu scolaire, il n'est actuellement "pas prévu de mesures d'ordre général" mais "des mesures localisées, avec les préfets, les services des Agences Régionales de Santé, les recteurs, pour que se déclenche immédiatement une procédure calée avec le ministère de la Santé".

Dans le détail, cette procédure se divise de la manière suivante: "isolement de la personne qui a des symptômes, remise de la liste des personnes contacts à l’ARS, dépistage rapide et systématique des cas contacts, analyse de ces résultats pour amener les autorités sanitaires, préfectorales et scolaires, à envisager des mesures éventuelles et temporaires d’une ou plusieurs classes voire d’un établissement", avait détaillé Jean-Michel Blanquer.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV