BFMTV

Attaque de la cathédrale d'Oloron-Sainte-Marie: les lieux de culte chrétiens de plus en plus visés?

La cathédrale d'Oloron-Sainte-Marie visée par une attaque à la voiture bélier dans la nuit du 3 au 4 novembre 2019

La cathédrale d'Oloron-Sainte-Marie visée par une attaque à la voiture bélier dans la nuit du 3 au 4 novembre 2019 - GAIZKA IROZ / AFP

1063 actes anti-chrétiens ont été recensés par le ministère de l'Intérieur en 2018. Parmi eux, 467 faits de vandalisme visant des édifices religieux ou des cimetières ont été enregistrés.

Dans la nuit de dimanche à lundi, la cathédrale d'Oloron-Sainte-Marie, dans les Pyrénées-Atlantiques, a été visée par une attaque à la voiture bélier. Les malfaiteurs ont subtilisé une partie du trésor du lieu de culte, composé d'objets liturgiques de valeur, dont certains en orfèvrerie, tels que des calices ou des ostensoirs. Un "préjudice considérable", a déploré le directeur général des services de la municipalité, Laurent Paris.

Cette attaque, condamnée "avec la plus grande fermeté" par le ministre de la Culture Franck Riester, a conduit de nombreux élus et responsables politiques mais aussi catholiques à évoquer une recrudescence des atteintes contre les lieux de culte chrétiens, appelant le gouvernement à réagir.

"Je constate que ces graves incivilités et ce manque total de respect pour un patrimoine sacré se multiplient en France, ce qui ne laisse pas d’inquiéter pour le sens profond des valeurs de civilisation qui caractérise notre société", a ainsi déclaré Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, dans un communiqué.

1063 actes anti-chrétiens enregistrés en 2018

Selon un rapport du ministère de l'Intérieur, dont les conclusions ont été dévoilées par la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) en avril dernier, 1063 actes anti-chrétiens ont été comptabilisés en 2018 sur le territoire français, parmi lesquels 996 "actions" et 66 "menaces", sans toutefois préciser leur nature exacte. Un chiffre globalement stable par rapport à l'année précédente, avait commenté Christophe Castaner, mais qui a toutefois considérablement augmenté sur les dix dernières années notamment en ce qui concerne les lieux de culte et de sépulture.

En 2008, 129 atteintes à des édifices chrétiens et 146 à des symboles dans les cimetières avaient en effet été comptabilisées, contre 563 et 244 en 2015 et 659 et 222 en 2018, rapporte Le Monde. Ces derniers mois, de nombreux actes de vandalisme ont d'ailleurs été rapportés dans la presse régionale: vol d'un tabernacle dans l'église de Renazé et cierges dérobés dans l’église Notre-Dame-de-Prospérité de Clermont-Ferrand mi-octobre, quatre cloches subtilisées dans le Var dans le courant de l'été, vol de reliques dans l'église de Bois-de-Céné en Vendée au mois d'avril...

467 actes de vandalisme et 139 vols

Il demeure toutefois difficile de qualifier ces actes de réelle "profanation" tant les motivations des malfaiteurs sont diverses et souvent liées à de simples vols de métaux et d'objets précieux.

"Il est extrêmement délicat de différencier les actes qui ont une réelle motivation raciste, des vols ou actes de pur vandalisme, ou encore des actes commis par des groupes se réclamant du “satanisme”, expliquait ainsi au Monde la direction de la CNCDH.

Après plusieurs dégradations commises dans des églises de Mayenne, le diocèse de Laval avait appelé mi-octobre à la prudence sur la qualification des faits. "Il ne faut pas penser forcement qu'il y a eu volonté d'attaquer la foi des chrétiens", déclarait la responsable communication du diocèse à France Bleu

"On s'est aperçu que pour les dégradations, quand il s'agit de vols, les gens recherchent des matériaux, comme du bronze et des objets de valeurs. C'est surtout pour du commerce", expliquait-elle.

D'après le rapport du ministère de l'Intérieur, parmi les 881 actes visant des lieux de culte et de sépulture chrétiens répertoriés en 2018, 467 ont été qualifiés de vandalisme, 53 correspondaient à des incendies ou tentatives de feu, 139 vols ont été constatés et 52 actions idéologiques (satanistes, anarchiques ou racistes) ont été recensées.

Mélanie Rostagnat