BFMTV

À Paris, Notre-Dame a rendu hommage au prêtre Jacques Hamel

Une messe a été célébrée mercredi à Notre-Dame de Paris en hommage au père Jacques Hamel égorgé par des jihadistes dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray. Anonymes, politiques et représentants de tous les cultes ont affiché leur unité contre la barbarie.

Notre-Dame pleine, près de 1.500 personnes sont venues se recueillir dans l'édifice symbole du catholicisme français, pour Jacques Hamel, ce prêtre égorgé par deux terroristes à Saint-Etienne-du-Rouvray. Parmi elles, une Normande de souche.

"J'ai été baptisée, communiée et mariée à Saint-Etienne-du-Rouvray (…) Je suis ici car je suis très touchée par cet horrible drame", confie-t-elle.

En plus d'anonymes, des représentants de tous les cultes (juif, musulman, orthodoxe et protestant) ont participé à l'hommage, symbole d'une unité religieuse affichée. Côté politiques, des personnalités de tous bords étaient présentes: le chef de l'État accompagné du Premier ministre. Mais aussi deux anciens présidents: Nicolas Sarkozy et Valérie Giscard d'Estaing.

Un appel à la cohésion

Dans son homélie, Mgr André Vingt-Trois a fustigé les actions au nom d'une croyance des jihadistes.

"Ceux qui se drapent dans les atours de la religion pour masquer leur projet mortifère, ceux qui veulent nous annoncer un dieu de la mort, qui se réjouirait de la mort de l'homme et qui promettrait le paradis à ceux qui tuent en l'invoquant, ceux-là ne peuvent pas espérer que l'humanité cède à leur mirage", a déclaré l'archevêque de Paris.

Le sermon du cardinal français résonnait également comme un appel à l'unité. "On ne construit pas l'union de l'humanité en chassant les bouc-émissaires", a affirmé Mgr André Vingt-Trois. Après la cérémonie, l'archevêque de Paris et François Hollande ont remonté ensemble l'allée centrale, sous les applaudissements de l'audience. Dans le même temps, un drapeau français flottait dans les rangs.

P. P.