BFMTV

Réforme des retraites: 7 Français sur 10 estiment que la mobilisation va se poursuivre

Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 24 janvier 2020

Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 24 janvier 2020 - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

D'après un sondage BVA pour Orange, RTL et La Tribune, dévoilé vendredi matin, seuls 29% des Français interrogés jugent que la protestation va s'arrêter prochainement.

La popularité d'Emmanuel Macron est en lègère baisse (-1), celle d'Edouard Philippe perd trois points et le soutien des Français à la mobilisation contre la réforme des retraites reste élevé, selon un sondage BVA* publié ce vendredi. En cette nouvelle journée de manifestations à Paris et en régions, sept Français sur dix (70%) estiment que le mouvement de protestation va se poursuivre, contre 29% qui pensent qu'il va s'arrêter. 

66% des Français ne font pas confiance à Macron

Avec 33% d'opinions positives, le chef de l'État poursuit une glissade entamée en octobre (-4 points en trois mois) et 66% (=) des personnes interrogées ne lui font pas confiance, selon cette enquête pour Orange, RTL et La Tribune.

En première ligne sur le dossier retraites, le Premier ministre subit le contre-coup le plus fort, avec 37% (-3) d'avis favorables et 62% (+3) d'opinions inverses. Edouard Philippe chute notamment auprès des sympathisants LR (-10) et gagne au contraire (+5) auprès de ceux de La République en Marche.

Des réformes qui "détériorent" la situation de la France

La plupart des enquêtes publiées ces dernières semaines donnaient au contraire le couple exécutif stable ou en légère hausse.

Près d'un Français sur deux (45%) juge enfin que les réformes économiques d'Emmanuel Macron depuis 2017 ont "détérioré la situation de la France", 30% n'y voient aucun impact et pour 24% seulement elles l'ont améliorée.

Une nouvelle journée interprofessionnelle a été décidée pour le 29 janvier après une réunion de l'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) ce vendredi. La CFE-CGC, qui souhaitait faire une "pause", ne s'y est pas associée. Des actions devraient également être organisées les 30 et 31.

*Enquête réalisée en ligne du 22 au 23 janvier auprès de 1005 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

E.P avec AFP