BFMTV

Qui sont les onze personnes mortes du coronavirus en France?

Les services de secours dans la commune de Crépy-en-Valois dans l'Oise, l'une des plus touchées de France par le coronavirus.

Les services de secours dans la commune de Crépy-en-Valois dans l'Oise, l'une des plus touchées de France par le coronavirus. - FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Le coronavirus a fait deux nouvelles victimes en France ce samedi, portant à onze le nombre total de morts liés à l'épidémie sur le territoire. Si plus de 700 cas ont été détectés en France, les onze personnes ayant succombé au coronavirus sur le sol français étaient toutes des personnes âgées, pour certaines déjà malades.

La propagation de l'épidémie de Covid-19 connaît depuis quelques jours une brusque accélération en France, à l'instar des autres régions du monde touchées par le virus. Bien que le pays soit toujours en phase deux (sur trois), le bilan évolue extrêmement rapidement et Emmanuel Macron a jugé ce jeudi que l'épidémie était désormais "inexorable" dans le pays.

Au moins 716 personnes étaient infectées ce samedi dans le pays, et deux personnes supplémentaires en sont mortes entre vendredi et samedi, portant à onze le nombre total de victimes sur le sol français. Ces victimes, dont on commence à connaître les profils, étaient toutes des personnes âgées ou déjà atteintes d'autres pathologies. 

  • Un touriste chinois de 81 ans 

La première personne à mourir du coronavirus en France et en Europe était un touriste chinois âgé de 81 ans. Cet octogénaire originaire de la province du Hubei était de passage à Paris depuis le 16 janvier avec sa fille de 50 ans. Hospitalisé à l'isolement dès le 25 janvier et diagnostiqué le 28 du même mois, ce patient n'avait pas immédiatement été considéré comme un cas suspect.

S'il était bien fiévreux, il ne présentait pas de problème respiratoire particulier, ne toussait pas et ne revenait pas de la ville de Wuhan, épicentre de l'épidémie, mais d'une ville à 400 km au nord.

Mais son état de santé s'est ensuite "rapidement dégradé" et il est resté plusieurs jours dans un état critique (...) en réanimation" avant de mourir d'une infection pulmonaire à l'hôpital Bichat, à Paris. Sa fille de 50 ans avait elle aussi été testée positive au Covid-19.

  • Un enseignant de 60 ans de l'Oise 

Cet homme de 60 ans, originaire de la commune de Vaumoise et enseignant à Crépy-en-Valois dans l'Oise, est mort à Paris dans la nuit du 25 au 26 février. Il s'agit du premier Français mort de l'épidémie. Cet enseignant alors en arrêt maladie a été testé positif au coronavirus le 12 février dernier, deux jours avant le début des vacances scolaires. Il n'avait pas fréquenté son établissement depuis. Il n'avait pas non plus voyagé dans une zone à risque où circule le virus, telle que la Chine ou encore l'Italie.

Le chef du service de réanimation de l'hôpital de Creil, où il a d'abord été hospitalisé pendant six jours, a fait savoir qu'il n'était pas mort "directement et uniquement de cette maladie-là" mais parce que "cette première maladie a créé l'état qui a amené son hospitalisation à Creil et, ensuite, une évolution vers une pathologie qui a provoqué un arrêt cardiaque et donc son hospitalisation chez nous."

L'enseignant a ensuite été transféré "dans un état gravissime" à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, où il est mort. Une enquête a été ouverte afin de retrouver le patient zéro, mais celui-ci n'a toujours pas été découvert à ce jour. 

  • Une femme de 89 ans testée post-mortem à Crépy

Le directeur de la Santé a annoncé, lundi, la mort d'"une femme de 89 ans testée (positive au coronavirus) 'post-mortem'". Selon le récit de Jérôme Salomon, Marie-Thérèse Deman habitait la commune de Crépy-en-Valois dans l'Oise (le plus important foyer de contamination du pays) et "souffrait d'autres pathologies". Elle est morte à 89 ans pendant le week-end du 29 février au 1er mars à l'hôpital de Compiègne.

Il s'agissait d'"une femme très populaire", "adhérente de nombreuses associations" telle que la MJC dans sa commune, a confié le maire de Crépy-en-Valois, qui l'a décrite comme une femme "hyperactive", "au caractère bien trempé". Elle résidait, selon lui, dans un établissement pour personnes âgées dépendantes depuis "au moins un an".

"Marie-Thérèse, c'est une vraie figure de la paroisse et du quartier et d'apprendre son décès, forcément, ça m'a touché", a-t-il déclaré sur notre antenne.
  • Un homme de 92 ans dans le Morbihan 

Cet homme, âgé de 92 ans et originaire du Morbihan, est le quatrième à avoir succombé du virus en France, comme l'ont annoncé les autorités ce mardi 3 mars. Le nonagénaire est mort à l'hôpital de Vannes, où il avait été admis en réanimation dans un état préoccupant dès le lundi, avait déclaré le ministère de la Santé.

  • Un homme de 73 ans originaire de Crépy-en-Valois

Un homme de 73 ans résidant à Crépy-en-Valois dans l'Oise est ensuite mort ce mercredi au centre hospitalier d'Amiens. Cet homme, testé positif le 29 février dernier, est la troisième victime du département de l'Oise, la cinquième en France. Il était dialysé en raison de problèmes rénaux et se rendait deux à trois fois par semaine dans une clinique privée de Compiègne. 

Le patient avait été initialement pris en charge pour "des problèmes respiratoires aigus" la semaine dernière à la polyclinique St Côme de Compiègne. Il a été transféré au CHU d'Amiens à la suite de problèmes respiratoires constatés par ses médecins, et y a été testé positif au coronavirus. Son état de santé s'y est aggravé, jusqu'à son décès le 4 mars. 

  • Un homme de 63 ans originaire de l'Aisne

Un sexagénaire porteur du coronavirus est mort ce jeudi matin dans le département de l'Aisne. L'homme, hospitalisé depuis le 29 février dernier, est mort au sein du service de réanimation de l'hôpital de Soissons.

L'enquête de l'ARS des Hauts-de-France a permis d'identifier les personnes ayant été en contact rapproché avec ce patient, selon la préfecture. Ces investigations de l'agence régionale de santé laissent aussi penser que cet homme avait été contaminé par l'un des cas du foyer de Crépy-en-Valois dans l'Oise.

  • Un homme de 79 ans originaire de Crépy-en Valois

Le patient mort ce jeudi en France était un homme de 79 ans qui résidait en EHPAD à Crépy-en-Valois, dans l'Oise, selon l'Agence régionale de Santé. Cet homme avait été pris en charge au CHU de Compiègne pour une infection respiratoire aigüe le 28 février, puis il avait été transféré le 1er mars au centre hospitalier de Lille en raison de l'aggravation de son état de santé.

  • Deux nouvelles disparitions vendredi

Deux nouveaux décès ont été recensés en France ce vendredi, a fait savoir le ministère de la Santé. On ignore, pour l'instant, l'identité ainsi que le lieu de résidence et d'hospitalisation de ces personnes.

  • Le bilan passe à 11 morts ce samedi 

L'Agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France a fait état, ce samedi, d'une nouvelle disparition dans la nuit du 4 au 5 mars, au centre hospitalier de Beauvais. Il s’agit d’une femme née en 1937, résidente en EHPAD à Crépy-en-Valois.

Une autre mort est à signaler en Normandie, sans que d'informations complémentaires n'aient été diffusées. 

Jeanne Bulant