BFMTV

Coronavirus: l'enseignant de 60 ans est mort "avec le virus", mais affaibli par une autre pathologie

Des médecins de la Pitié-Salpêtrière soulignent que l'enseignant de l'Oise, infecté par le coronavirus et mort mercredi à Paris, était déjà affaibli par une autre pathologie.

L'inquiétude grandit autour du coronavirus, alors qu'un Français de 60 ans est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris sans que l'on sache à ce stade par quel biais il a été contaminé. Une enquête épidémiologique est toujours en cours, sachant que cet enseignant de l'Oise n'avait pas voyagé dans une zone à risque.

Ce jeudi, plusieurs médecins de la Pitié-Salpêtrière affirment que le sexagénaire n'est pas mort seulement à cause du virus chinois Covid-19, mais qu'il était atteint d'une autre pathologie ayant contribué à la dégradation de son état de santé.

L'homme hospitalisé "pour cette première pathologie"

Une précision d'abord évoquée par le professeur Éric Caumes, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Interrogé ce jeudi à notre micro, le médecin explique que le sexagénaire est mort "avec le coronavirus, mais très probablement d'autre chose que du virus".

C'est "le fait d'avoir été infecté par ce virus (qui) a entraîné chez lui un problème", selon le professeur Éric Caumes, précisant qu'il s'exprimait "au conditionnel puisque ce sera à l'autopsie d'en dire plus".

Une version confirmée jeudi matin par le chef du service de réanimation de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, où était pris en charge ce patient de 60 ans. Cet homme est mort d'"une autre pathologie qui a contribué à l'aggravation extrêmement sévère" de son état, a déclaré le professeur Alain Combes dans un échange diffusé par Franceinfo.

"Il n'est pas décédé directement et uniquement de cette maladie-là", a insisté Alain Combes face à la presse. Le professeur expliquait, lors de la visite du chef de l'État dans le centre hospitalier parisien, "que cette première maladie (avait) créé l'état qui a amené son hospitalisation à Creil et ensuite une évolution vers une pathologie qui a provoqué un arrêt cardiaque et donc son hospitalisation chez nous".
Jeanne Bulant