BFMTV

Qui sont les premiers candidats sur la liste des gilets jaunes pour les européennes?

Ingrid Levavasseur, le 15 janvier à Grand Bourgtheroulde (Eure).

Ingrid Levavasseur, le 15 janvier à Grand Bourgtheroulde (Eure). - CHARLY TRIBALLEAU - AFP

Femme au foyer ou chef d'entreprise, les profils des premiers candidats sont très variés. La plupart sont inconnus du grand public.

Mardi soir, Ingrid Levavasseur, l’une des figures du mouvement des gilets jaunes, a annoncé le lancement d’une liste pour les élections européennes baptisée Ralliement d'initiative citoyenne (RIC), et dont elle entend occuper la tête.

Dix noms - sur un total de 79 - ont été dévoilés par Hayk Shahinyan, le directeur de campagne de la liste et ancien membre des Jeunesses socialistes. Si la plupart ne sont pas connus du grand public, quelques-uns sont très actifs sur les réseaux sociaux.

Ingrid Levavasseur est la tête de liste de la liste “RIC”. Âgée de 31 ans, cette aide-soignante de l’Eure, mère célibataire de deux enfants, est l’une des figures du mouvement depuis son origine. Plus de 10.000 personnes la suivent sur sa page Facebook. En novembre, elle avait déclaré sur le plateau de l'émission "C Politique" ne pas se voir de destin politique, rappelle le Huffington Post.

Marc Doyer est un directeur commercial de 53 ans. Il a soutenu la candidature d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle en 2017. Fin 2018, il était encore membre du bureau départemental de LaREM dans l'Oise d'après Le Courrier Picard. Un journaliste de Libération a d’ailleurs retrouvé un récent tweet où le quinquagénaire s’affiche avec un tee-shirt “Emmanuel Macron Président”, sur lequel il porte… un gilet jaune.

Sur son compte Twitter, ses positionnements varient d’un tweet à l’autre. Tantôt il apporte son soutien à des mesures de l'exécutif, par exemple sur la hausse de la prime d’activité annoncée par Emmanuel Macron, tantôt il salue “des marcheurs qui rejoignent les gilets jaunes. Bravo à eux.” 

Brigitte Lapeyronie n'est pas toute nouvelle en politique. Elle a été candidate aux élections municipales de 2014 à Nandy, en Seine-et-Marne. Sa liste Divers Droite avait récolté 17% des voix au premier tour. Elle est donc conseillère municipale d'opposition, et a eu sa carte à l'UDI jusqu'en 2013, selon les informations du Parisien

Geoffrey Denis est, selon les informations de France 3, un pompier de 37 ans vivant à Valenciennes, dans les Hauts-de-France. Il a rejoint le mouvement des gilets jaunes en novembre et s’est, depuis, “beaucoup investi sur le terrain”.

"Les rond-points, c'est bien, les manifs aussi mais il faut offrir une alternative. On veut infiltrer la politique, quelque chose qu'on ne veut plus. Les partis politiques nous ont trompés depuis des années", a-t-il déclaré à la chaîne régionale, avant de préciser qu’il ne comptait faire qu’un seul mandat.

  • Côme Dunis, 29 ans, commercial de Montargis, dans le Loiret prend régulièrement la parole dans les médias pour défendre l'action des gilets jaunes. Critique à l'égard du grand débat national, il a fait, à plusieurs reprises, la promotion de Noos, une plateforme en ligne qui se présente comme "une collecte nationale des revendications et des idées citoyennes".

Plus discrets sur les réseaux sociaux comme dans les médias, Myriam Clément (41 ans, comptable), Ayouba Sow, (41 ans, cariste), Frédéric Mestdjian (39 ans, chef d’entreprise dans une TPE), Agnès Cordier (45 ans, gestionnaire, fonction publique) et Barbara Turini (46 ans, mère au foyer) n'ont jamais été présentés comme des leaders du mouvement.
Sur les groupes des gilets jaunes sur Facebook, certains internautes s'étonnent d'ailleurs de voir de parfaits inconnus vouloir les représenter à l'élection. 

Esther Paolini