BFMTV

Propos de Macron, radicalisation, météo... Pourquoi la mobilisation des gilets jaunes baisse

A Paris, le mouvement des gilets jaunes réunit 2.200 personnes ce samedi 15 décembre, contre 10.000 il y a une semaine.

A Paris, le mouvement des gilets jaunes réunit 2.200 personnes ce samedi 15 décembre, contre 10.000 il y a une semaine. - Christophe Archambault - AFP

Le mouvement des gilets jaunes s'affaiblirait-il? 66.000 personnes ont manifesté aujourd'hui dans toute la France contre 126.000 samedi dernier.

2200 gilets jaunes étaient recensés à Paris ce samedi à 14h, contre 10.000 le 8 décembre à la même heure. Au niveau national, on compte 66.000 manifestants pour 126.000 le 8 décembre au même moment. Une baisse significative du mouvement pour la cinquième journée de mobilisation, due à plusieurs facteurs potentiels.

L'intervention d'Emmanuel Macron

Resté silencieux au début du mouvement, le président de la République a fini par prendre la parole lundi et a lancé des mesures concrètes afin de répondre aux attentes des gilets jaunes. Emmanuel Macron a notamment annoncé une hausse de 100 euros du SMIC, ainsi qu'une défiscalisation des heures supplémentaires et une suppression de la hausse de la CSG.

"On savait très clairement aujourd'hui que la baisse serait nette, tous les élus locaux avec qui on en parlait l'avaient constaté, pour une raison simple, les propos du président Macron ont marqué, soit parce qu'ils ont convaincu, soit parce que le ton avait changé" explique Nathalie Mauret, journaliste politique au bureau parisien du groupe Ebra, sur notre antenne.

Des annonces qui ont fait suite à l'annulation de la hausse des taxes carburant, qui était l'une des premières revendications très concrètes du mouvement lors de sa première journée de mobilisation, le 17 novembre.

La peur de la radicalisation

La baisse de suivi du mouvement peut également s'expliquer par la "peur" de la radicalisation de certains ce qui "créé une fragmentation dans le groupe des gilets jaunes" estime encore Nathalie Mauret. Les dégradations et les violences consécutives aux dernières manifestations auraient effrayé certains protestataires qui auraient renoncé à participer au mouvement ce samedi.

La lassitude de certains?

"J'arrive à comprendre que certaines personnes se lassent du mouvement", confiait un gilet jaune de la Marne au micro de BFMTV ce samedi. Manifester pour ce mouvement peut entraîner "une contrainte pour eux au niveau des déplacements", explique-t-il.

Malgré la diminution du nombre de participants, le noyau dur des gilets jaunes semble toujours prêt à se mobiliser selon Olivier Cahn, chercheur CESDIP-CNRS, sur BFMTV: 

"On continue à voir des gens qui sont déterminés et les sondages montrent que la détermination reste importante."

Une météo glaciale

Cette journée de mobilisation survient alors que Météo France a placé tout le nord de la France en vigilance jaune neige et verglas, six départements sont, eux, placés en vigilance orange: l'Eure, l'Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, l'Orne, la Sarthe et la Seine-Maritime.

Au-delà de la possible réticence face au froid de certains manifestants, plusieurs routes étaient fermées ce matin, à cause des gelées, ce qui a pu entraver la possibilité de manifester de certains gilets jaunes. Le pont de Montsoreau (Maine-et-Loire) était fermé ce matin, et la préfecture de Seine-Maritime annonçait en fin de matinée "3 accidents sur A29 : coupure d'axe entre Fécamp (8) et Bolbec (7) + 2 accidents sur pont de Normandie".

"De nombreux accidents ont lieu sur le département" à cause du verglas, a de son côté annoncé la préfecture du Calvados qui alerte sur "des conditions de circulation encore difficiles".

Sa. V