BFMTV

Prime d'activité: malgré la hausse, de nombreux ménages restent dans la précarité

Pour de nombreux ménages en situation précaire, l'augmentation de la prime d'activité versée ce mardi n'est pas encore suffisante.

Comme l'a annoncé en début de semaine le Premier ministre Edouard Philippe, 3,5 millions de foyers dont 700.000 nouveaux bénéficiaires de la prime d'activité devraient toucher, dès ce mardi, un premier versement. Créée en 2015, cette dernière, fusion du RSA activité et de la prime pour l'emploi a été augmentée de 90 euros auxquels s'ajoutent 10 euros de hausse mécanique du SMIC.

"Reste à vivre" de 310 euros

Pourtant, pour bon nombre de ménages, cette augmentation reste insuffisante. Comme l'explique Marie-Lou, une jeune maman de deux enfants interrogée par BFMTV, ces quelques euros supplémentaires sont une simple goutte d'eau dans son budget. 

"Tout ce qu’elle va augmenter c’est le pouvoir que j’ai de payer mes factures. Ce n’est pas suffisant car ce n’est pas ça qui va nous permettre de faire des loisirs avec nos enfants" explique-t-elle. 

Avec 1300 euros par mois, le "reste à vivre" du foyer, avec un loyer de 700 euros et des charges de 250 euros, s'élève à 310 euros. "Avec deux enfants en bas âge, sachant qu’une boite de lait c’est presque 20 euros, ça ne suffit pas", assure-t-elle. 

Ce mardi, elle devrait ainsi toucher 440 euros de prime d'activité, bien insuffisants au regard du montant de ses factures impayées, qui s'élève à 5.000 euros.

Forcée de sauter des repas

Et la galère est quotidienne pour cette jeune mère de famille, qui a accouché de son second enfant il y a seulement cinq jours. 

"J’ai essayé d’aller m’acheter des médicaments, mais n’ayant pas de sous, ni la Caf, ni la paie de mon conjoint je n’ai pas pu car les médicaments ne sont pas remboursés" explique-t-elle. 

De plus, Marie-Lou assure également que même lors de sa grossesse, elle a été forcée de "sauter des repas" afin de nourrir son premier enfant les jours suivants. 

Cette dernière, qui vit avec une calculatrice en tête, rêve de pouvoir un jour emmener ses deux enfants en vacances au bord de la mer. 

Hugo Septier