BFM Business

Prime d'activité élargie: afflux de demandes aux caisses d'allocations familiales

Du 1er au 7 janvier, 120.000 nouvelles demandes ont été déposées, dont 73.000 ont déjà été examinées et ont reçu une réponse positive, soit environ six fois plus que sur la période comparable de début 2018.

Du 1er au 7 janvier, 120.000 nouvelles demandes ont été déposées, dont 73.000 ont déjà été examinées et ont reçu une réponse positive, soit environ six fois plus que sur la période comparable de début 2018. - Philippe Hughen-AFP

L'élargissement des conditions d'accès à la prime d'activité s'est traduit par un afflux de demandes de cette prestation dans les caisses d'allocations familiales depuis début janvier. Du 1er au 7 janvier, quelque 120.000 nouvelles demandes ont été déposées, dont 73.000 ont déjà été examinées et ont reçu une réponse positive.

Les demandes pour bénéficier de la prime d'activité élargie ont bondi début janvier 2019. Du 1er au 7 janvier, quelque 120.000 nouvelles demandes ont été déposées, dont 73.000 ont déjà été examinées et ont reçu une réponse positive, soit environ six fois plus que le nombre de dossiers déposés sur la période comparable de début 2018, a précisé Christelle Dubos, la secrétaire d'État chargée de la lutte contre la pauvreté.

Depuis le 1er janvier, "on a eu des jours à plus de 25.000 demandes, alors que de janvier à novembre 2018 la moyenne quotidienne des demandes de prime d'activité était de l'ordre de 2500", a précisé de son côté Vincent Mazauric, le directeur général de la caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf). "On voit une augmentation forte du nombre de gens qui se sont dit: peut-être qu'en effet j'ai droit à quelque chose", a souligné la secrétaire d'Etat. Une campagne de communication sera néanmoins "effectuée par la CAF dans le but de diminuer au maximum le non-recours", a-t-elle ajouté.

Une augmentation qui peut atteindre jusqu'à 90 euros

Cet afflux de demandes résulte directement à la fois de l'élargissement des conditions d'obtention et du montant de la prime d'activité, allouée aux salariés autour du Smic. Elle a été augmenté au 1er janvier de 90 euros maximum, augmentation dont bénéficient automatiquement les allocataires déjà enregistrés dans les fichiers des caisses d'allocations familiales. Parallèlement, le gouvernement a également décidé d'élargir l'assiette de cette prestation, qui doit en principe bénéficier désormais à 5 millions de foyers, contre 3,8 millions précédemment.

"Avec ces mesures d'urgence, nous augmentons de plus d'un million le nombre d'allocataires qui pourront prétendre à la prime d'activité", a résumé la secrétaire d'État, lors d'une visite dans une CAF parisienne ."On voit une augmentation forte du nombre de gens qui se sont dit: peut-être qu'en effet j'ai droit à quelque chose", a souligné la secrétaire d'État.

L'exécutif veut réduire le "non-recours" des allocataires

Une campagne de communication sera néanmoins "effectuée par la CAF dans le but de diminuer au maximum le non-recours", a précisé la secrétaire d'État. Pour mieux informer les nouveaux allocataires éligibles à la prime d'activité nouvelle formule, les CAF ont mis en place sur leur site internet (www.caf.fr) un simulateur permettant à chacun de savoir, en quelques clics, s'il est éligible. En trois jours, du 1er au 3 janvier, ce simulateur a enregistré 1,4 million de consultations. Selon Vincent Mazauric, directeur général de la CNAF, seules 77% des personnes pouvant prétendre à la prime d'activité la demandent - des chiffres qui ne tiennent pas compte du récent afflux de dossiers.

Le gouvernement espère "toucher 100% des personnes" pouvant bénéficier de la prime d'activité élargie dès 2019 et "fera en sorte que son versement soit automatique à partir de 2020", avait récemment affirmé la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, promettant "des campagnes d'information via internet, les mairies, Pôle emploi".

Frédéric Bergé avec AFP