BFMTV

Pour Macron, les coupables des violences à Paris "veulent le chaos"

Alors que les manifestations de gilets jaunes dégénéraient en France ce week-end, Emmanuel Macronse trouvait au G20 de Buenos Aires, Argentine.

Alors que les manifestations de gilets jaunes dégénéraient en France ce week-end, Emmanuel Macronse trouvait au G20 de Buenos Aires, Argentine. - Ludovic Marin - AFP

Le président de la République s'est exprimé à propos des débordements violents lors des manifestations des gilets jaunes ce samedi. Il est actuellement à Buenos Aires, en Argentine, où il participe au G20.

"Ce qu'il s'est passé aujourd'hui à Paris n'a rien à voir avec l'expression pacifique d'une colère légitime" a déclaré Emmanuel Macron, dans une courte allocution au terme de sa conférence de presse depuis le G20 à Buenos Aires, en Argentine, ce samedi soir. Selon le président de la République, les coupables des violences en marge des manifestations des gilets jaunes, "veulent le chaos", et "trahissent les causes qu'il prétendent servir et qu'ils manipulent". 

"Aucune cause ne justifie que les forces de l'ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés que des bâtiments publics ou privés soient incendiés, que des passants ou des journalistes soient menacés, ou que l'Arc de Triomphe soit souillé" a dit le chef de l'État.

"Je respecterai toujours les contestations, j'entendrai toujours les oppositions, mais je n'accepterai jamais la violence" a conclu le Président. Il a ensuite décliné les questions des journalistes au sujet des manifestations des gilets jaunes.

Une réunion au sommet dimanche matin

Emmanuel Macron a annoncé dans le même temps qu'il participera à une réunion avec le Premier ministre, le ministre de l'Intérieur et "les services compétents" ce dimanche matin pour parler de la situation.

La semaine dernière, il avait déjà exprimé sa "honte" face aux violences qui avaient marqué les manifestations des gilets jaunes samedi dernier, dénonçant ceux qui avaient "agressé" les forces de l'ordre et "violenté d'autres citoyens".

Sa. V