BFMTV

Plomb autour de Notre-Dame: la dépollution sera effective "d'ici à la rentrée scolaire"

L'adjointe à la mairie de Paris chargée de la santé

L'adjointe à la mairie de Paris chargée de la santé - Capture d'écran BFMTV

L'adjointe à la mairie de Paris chargée de la santé, Anne Souyris, a annoncé ce lundi lors d'une conférence de presse que le parvis de Notre-Dame de Paris serait dépollué à la fin du mois.

L'adjointe à la mairie de Paris chargée de la santé a annoncé ce lundi en conférence de presse que le parvis de Notre-Dame de Paris serait dépollué d'ici à la rentrée scolaire.

"Nous avons décidé qu'à la rentrée les choses seraient rentrées dans l'ordre et que la dépollution devait être une réalité pour toutes et pour tous quand les Parisiens reviendront en septembre (...) et en particulier les enfants, qui sont les plus sensibles", a-t-elle assuré.

Anne Souyris a également déclaré que la dépollution du parvis et des rues adjacentes débutera le 7 août sur promesse de la préfecture de Police et de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France).

Une rentrée scolaire "sans aucune ombre au tableau"

Pour la mairie cette dépollution permettra de mieux appréhender la réouverture du chantier de la cathédrale et de mieux protéger les habitants et les touristes: "Il ne faut pas confiner mais dépolluer", a affirmé Anne Souyris.

Suspendu fin juillet, le chantier doit effectivement reprendre progressivement à partir de la semaine du 12 août avec l'arrivée de nouvelles mesures de protection pour les salariés potentiellement exposés au plomb, avait-on appris vendredi auprès de la préfecture d'Île-de-France

Quant à la question des écoles présentes aux alentours, comme celle rue Saint-Benoît (VIe arrondissement), récemment fermée pour des travaux de nettoyage, l'adjointe a annoncé que la cour serait entièrement refaite et que le groupe scolaire pourrait rouvrir pour la rentrée scolaire. "Cette rentrée doit se faire sans qu'il n'y ait aucune ombre au tableau, et c'est possible", a-t-elle poursuivi.

"Nous n'avons rien à cacher"

Anne Souyris a également annoncé que des points seraient faits régulièrement concernant les mesures de contamination de plomb relevées dans les écoles, par souci de transparence, et que des lettres seraient adressées à toutes les familles.

"Nous n'avons rien à caché depuis le début", a répété l'adjointe, qui a regretté que l'État ait tardé à publier les premières cartographies, ce qui selon elle a provoqué des "suspicions infondées". Vendredi 26 juillet l'association Robin des Bois a par ailleurs déposé plainte contre X pour "mise en danger de la personne d'autrui". Elle dénonce notamment un manque de communication de la part des autorités sur cette pollution au plomb.

Pendant l'incendie qui a en partie détruit la cathédrale le 15 avril, plusieurs centaines de tonnes de plomb contenues dans la charpente de la flèche et la toiture ont fondu et se sont volatilisées sous forme de particules, laissant craindre des risques pour la santé. Depuis l'incendie, des taux de concentration importants de plomb, auxquels les enfants sont particulièrement exposés, ont été relevés aux alentours de l'édifice.

Manon Fossat