BFMTV

Plomb autour de Notre-Dame: nouveaux relevés dévoilés mardi

L'échafaudage sur Notre-Dame de Paris.

L'échafaudage sur Notre-Dame de Paris. - AFP

Ces résultats seront "immédiatement rendus publics", a précisé Emmanuel Grégoire, premier adjoint, à la mairie de Paris.

Les résultats de nouveaux relevés mesurant la contamination au plomb autour de la cathédrale Notre-Dame seront rendus publics mardi, a indiqué ce lundi la mairie de Paris. Cette dernière a par ailleurs annoncé une intensification de la dépollution du site alors que l'inquiétude des associations et syndicats reste vive.

Ces résultats seront "immédiatement rendus publics", a précisé Emmanuel Grégoire, premier adjoint, sur franceinfo: "nous les transmettrons à l'Agence régionale de santé immédiatement, et ils seront mis en ligne sur le site de la Ville de Paris".

"Si les nouveaux relevés qui doivent tomber mardi révèlent que d'autres rues adjacentes sont polluées, alors j'en demanderai aussi leur fermeture", a souligné de son côté Anne Souyris, adjointe à la santé, dans un entretien au Parisien.

Inquiétude des associations

Réunis lundi matin devant le parvis fermé de la cathédrale, syndicalistes CGT et membres d'associations, récemment constitués en collectif, se sont montrés particulièrement préoccupés de la santé des personnes étant intervenues à l'intérieur de la cathédrale après l'incendie ou travaillant aux alentours. Parmi ceux-ci: pompiers, agents de nettoyage, policiers, personnels de l'Hôtel-Dieu mais aussi bouquinistes, salariés des bars et restaurants avoisinants, a énuméré Benoît Martin, de l'Union départementale CGT.

Le chantier de Notre-Dame de Paris, suspendu fin juillet, doit reprendre progressivement à partir de la semaine du 12 août avec l'arrivée de nouvelles mesures de protection pour les salariés potentiellement exposés au plomb, avait-on appris vendredi auprès de la préfecture d'Ile-de-France. Une réouverture qui "ne nous va pas", a grondé Benoît Martin.

Pendant l'incendie qui a en partie détruit la cathédrale le 15 avril, plusieurs centaines de tonnes de plomb contenues dans la charpente de la flèche et la toiture ont fondu et se sont volatilisées sous forme de particules, laissant craindre des risques pour la santé. Depuis l'incendie, des taux de concentration importants de plomb, auxquels les enfants sont particulièrement exposés, ont été relevés aux alentours de l'édifice et un groupe scolaire situé rue Saint-Benoît (VIe arrondissement) a été récemment fermé pour des travaux de nettoyage. 

"La pollution reste trop importante"

Concernant la dépollution du site et de ses alentours, "malgré des tentatives de nettoyage, la pollution (y) reste trop importante", explique Anne Souyris. "Maintenant il faut dépolluer avec des moyens beaucoup moins classiques. Le parvis doit faire l'objet d'une dépollution particulière (...) L'opération doit commencer cette semaine." L'adjointe veut une dépollution du site "dans le mois", avant la rentrée scolaire.

Demandé par certaines association, le confinement du site n'est néanmoins "absolument pas envisageable", selon l'archiprêtre Monseigneur Chauvet. Le recteur de la cathédrale a estimé lundi sur Europe 1 que les personnels étant intervenus sur le chantier n'étaient "plus en danger", ajoutant: "tout le monde a fait une plombémie (analyse) et je peux vous dire: on n'est pas plombés".

"Actuellement, les [15] agents (travaillant à l'Hôtel-Dieu) qui ont eu une plombémie n'ont toujours pas reçu leurs résultats", a rétorqué Graziella Raso, du comité de lutte CGT de cet hôpital, qui demande à ce que l'ensemble des personnels de l'établissement hospitalier fassent des analyses sanguines.

La rentrée retardée?

Selon Emmanuel Grégoire, "sauf information nouvelle (...) il n'y a aucune raison de penser que les écoles ne rouvriront pas de façon normale" à cette date. "Toutes les écoles testées dans le périmètre des 500 mètres (autour de Notre-Dame) ne relèvent aucun problème" de contamination, assure-t-il, en estimant qu'il est "difficile de savoir" si les "atypies" constatées dans trois écoles situées "plus loin que le périmètre" sont "liées ou pas" à l'incendie du 15 avril.

L'association Robin des Bois a porté plainte contre X, accusant les autorités d'avoir tardé à réagir et manqué de transparence, et un collectif de syndicats CGT et d'associations a demandé le "confinement total du site".

Cyrielle Cabot avec AFP