BFMTV

Piétonnisation de la Presqu'île à Lyon: la colère des commerçants

Testée pour la première fois en semaine mercredi et jeudi, la piétonnisation de la Presqu'île ne satisfait pas les commerçants qui se plaignent d'une baisse de la fréquentation et du chiffre d'affaires.

"Un flop total", "une ville fantôme", "la pire journée faite dans le mois". Les retours reçus par la présidente de l'association de commerçants Mouvement Carré Nord Presqu'île sont loin d'être positifs après la première journée d'expérimentation de la piétonnisation en semaine de la Presqu'île à Lyon.

Baisse du chiffre d'affaires

Selon Carole Château, une première estimation auprès des commerçants de l'association qu'elle préside fait état d'une baisse du chiffre d'affaires "de l'ordre de -40%" et d'une baisse de la fréquentation "de l'ordre de -30% à -35%". 

"Quand on fait des achats de gros volumes, quand on se déplace en famille ou quand on fait des achats haut de gamme, cette clientèle-là ne se déplace pas sans voiture et cherche à stationner de façon facile et fluide", a expliqué sur notre antenne la présidente de Mouvement Carré Nord Presqu'île. 

Mais au-delà du fond de cette mesure, c'est bien la forme qui gêne les commerçants avec l'impression d'une expérimentation menée à marche forcée. Ils réclament une véritable concertation. 

"Une ville piétonne, c'est ce vers quoi nous devons tendre", admet Carole Château, qui veut adopter une temporalité bien différente de celle de la Métropole. "Lançons un vaste projet urbain (...) Travaillons aussi sur les façades, la voirie, la signalétique", insiste-t-elle pour aboutir à une "piétonnisation logique au bout de deux ou trois ans de concertation". 

La Métropole veut continuer

"S'il suffisait de fermer quelques artères ou de mettre quelques heures pour piétonniser et végétaliser, ce serait trop simple", estime la commerçante. Et d'appeler la Métropole à stopper pour les prochaines semaines les expérimentations de la piétonnisation afin de "pérenniser" le chiffre d'affaires des commerçants au mois de décembre. 

Le président de la Métropole n'a pour le moment pas affiché sa volonté de lever le pied. Lors d'une déambulation mercredi dans les rues devenues piétonnes, il s'est félicité des retours reçus. 

"Avec 88% d’avis favorables des habitants sur les week-ends, il est indispensable de continuer l’expérimentation en semaine pour mesurer son impact auprès des commerçants et de leur activité !", a-t-il rappelé sur Twitter.

Benjamin Rieth