BFMTV

Lyon: la piétonisation de la Presqu'île testée pour la première fois en semaine

Après des tests pendant trois week-ends en septembre et en octobre, la Métropole teste ce dispositif ce mercredi et jeudi. Le périmètre reste le même que lors des précédentes expérimentations.

Les piétons vont pouvoir profiter pleinement de la Presqu'île de Lyon. La Métropole expérimente à nouveau la piétonisation du centre-ville. Pour la première fois, ce test a lieu en semaine sur deux jours consécutifs. 

Les piétons prioritaires

Comme lors des précédentes expérimentations, le périmètre d'interdiction des véhicules s'étend de la limite nord de la place Bellecour jusqu'à la rue Leynaud, et de quai à quai sans qu'ils ne soient concernés. Il inclut également le début des pentes de la Croix-Rousse ainsi que la place de la Comédie. 

Pour permettre la traversée Rhône-Saône, les rues de la Barre, Grenette et Constantine restent ouvertes à la circulation. Les parkings sont également accessibles grâce à un dispositif de fléchage spécifique. Certains véhicules sont par ailleurs autorisés à circuler - secours, police, riverains... - jusqu'à 5 km/h tandis que les bus peuvent rouler jusqu'à 20 km/h. 

Sur l’ensemble du périmètre, les piétons sont prioritaires sur tous les véhicules autorisés à cheminer sur les chaussées.

Des commerçants inquiets

Lors des essais réalisés les samedis 28 septembre, 12 et 26 octobre, l'enquête, menée par la Métropole, a permis de montrer que les habitants étaient plutôt satisfaits de ce dispositif. Mais les commerçants restent inquiets, notamment ceux de la moitié Ouest de la Presqu'île, davantage bouleversée dans son fonctionnement. 

Toujours selon la Métropole, l'impact négatif a davantage été ressenti par les commerces "haut de gamme", tandis que les activités de restauration avec terrasse ont noté une tendance positive. 

Néanmoins, "la piétonisation ne semble pas détériorer la facilité d’accès perçue aux commerces et aux services du secteur, ni affecter le ressenti concernant les conditions pour stationner en voiture", affirme la Métropole sir la base de son enquête.

Jérôme Jarny avec Benjamin Rieth