BFMTV

Paris: l’aménagement des voies sur berge a commencé

La piétonisation des voies sur berge continue de faire débat, mais leur aménagement a déjà commencé. Depuis quelques jours des arbres ont commencé à être plantés, le début d'une transformation en véritable parc urbain.

Pommiers et poiriers ont été plantés le long des murs des voies sur berge. Depuis leur fermeture à la circulation, actée par le Conseil de Paris au mois de septembre, le quai Georges Pompidou était resté en l'état. Mais ce qui était il y a encore une voie rapide est en cours de végétalisation. Un projet de la mairie de Paris qui, malgré les critiques, a pour projet de faire des voies sur berge un parc urbain laissé aux piétons.

Pourtant, la piétonisation des voies sur berge est encore en phase de test jusqu'au mois de mars prochain. Les aménagements doivent donc être provisoires, si les voitures devaient y faire leur retour. Mais face à certaines installations, des promeneurs doutent que les voitures circuleront de nouveau un jour sur cet axe.

"Quand on voit les stations de Vélib', on comprend qu'ils ne reviendront jamais en arrière. C'est la marque que les voitures ne passeront plus là", estime un Parisien. Sur l'ancienne route a en effet été installée notamment une station de vélos en libre-service sur une plate-forme en métal. 

En tout, le chantier de la mairie doit coûter 850.000 euros pour les espaces verts avec une enveloppe totale de 5,5 millions d'euros pour le projet total. Si l'essai de piétonisation est reconduit au mois de mars, les voies sur berge devraient accueillir d'autres activités comme un atelier de vélo, une buvette solidaire ou encore un magasin de souvenirs. Deux restaurants, des équipements sportifs ainsi qu'un magasin de location de boules de pétanque devraient aussi faire leur apparition.

Une opposition toujours forte au projet

Mais le projet qui repose sur la piétonisation des voies sur berge continue de soulever l'opposition. Au début du mois, 168 maires de communes limitrophes ont demandé à Anne Hidalgo de revenir sur sa décision de rendre piétonne les voies sur berge, mettant en cause l'augmentation des embouteillages et des temps de trajet pour les Franciliens.

Après l'épisode de pollution qu'a connu la région la semaine dernière, Valérie Pécresse a de son côté réclamé De son côté, Valérie Pécresse a ce lundi matin réclamé des mesures du taux de pollution depuis la fermeture des voies sur berge. Une étude lancée par Airparif début novembre devrait permettre de savoir si leur fermeture a eu ou non un impact sur la pollution, grâce au relevé de 80 points de mesure à Paris et en proche banlieue.

C. B avec Dah Magassa