BFMTV

Orthographe: les Belges veulent supprimer l'accord du participe passé

Photo d'illustration

Photo d'illustration - XAVIER LEOTY / AFP

Soutenus par les institutions belges, deux professeurs wallons plaident pour une simplification de l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir, "obsolète et compliqué jusqu’à l’absurde".

"La Coupe du monde que vous avez perdue"... En Belgique, la fédération Wallonie-Bruxelles souhaite mettre fin à une vieille dispute grammaticale: l'accord du participe avec l'auxiliaire avoir. La règle, et ses multiples exceptions - le Bon Usage de Grevisse en recense quatorze pages -, a le don de perdre les francophones, si bien que deux professeurs de français belges souhaitent, avec le soutien de la fédération Wallonie-Bruxelles, abolir cet accord jugé biscornu.

"Osons l’affirmer: les règles d’accord du participe passé actuelles sont obsolètes et compliquées jusqu’à l’absurde", écrivent-ils dans une tribune publiée par Libération

Simplification

La règle de l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir stipule que, lorsqu'il est employé avec l’auxiliaire avoir, ledit participe s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct uniquement quand celui-ci le précède. 

Les deux enseignants belges réclament donc une simplification de ce que le Bescherelle décrit comme "l"une des plus artificielles de la langue française", survivance archaïque héritée des moines copistes moyenâgeux, imposée par le poète Clément Marot à la cour de François Ier. 

"À l’école les enfants se demandent: pourquoi avant et pas après? Souvent, les enseignants savent expliquer comment on accorde, mais pas pourquoi. L’incohérence des règles traditionnelles les empêche de donner du sens à leur enseignement", constatent ainsi Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, qui plaident pour une invariabilité pure et simple du participe passé avec l'auxiliaire avoir.

Conservatisme

Le temps moyen consacré à l'enseignement de cet accord est de 80 heures sur une scolarité complète. Une pure perte de temps, selon les deux auteurs du spectacle La Convivialité, consacré à la langue française. 

Alors que toute tentative de réforme s'est jusqu'alors heurtée à l'hostilité de l'Académie française, les deux professeurs soulignent qu'il "serait absurde de croire que notre orthographe aurait atteint un degré de perfection intangible". 

"Les linguistes vous le diront: l’orthographe n’est pas la langue, mais l’outil graphique qui permet de transmettre, de retranscrire la langue, comme les partitions servent la musique. Puisque les langues évoluent, leur code graphique devrait en faire autant, ce qu’il n’a cessé de faire en français."

Quant aux Immortels, les réformateurs les expédient ad patres: "N’étant pas composée de linguistes, l'Académie n’est jamais parvenue à produire une grammaire décente et ne peut donc servir de référence", font-ils valoir. 

Louis Nadau