BFMTV

"On s'enterrait dans quelque chose qui ne marchait pas": Eric Drouet ne marchera plus avec les gilets jaunes

Eric Drouet, figure emblématique du mouvement des gilets jaunes, le 30 janvier 2019.

Eric Drouet, figure emblématique du mouvement des gilets jaunes, le 30 janvier 2019. - Bertrand Guay - AFP

Le chauffeur routier assure, au sujet du mouvement des gilets jaunes, qu'il n'y a "pas de retour possible" à la contestation des débuts.

Il dit stop. Eric Drouet, l'une des figures des gilets jaunes, avec notamment Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle, a annoncé qu'il ne participera plus aux manifestations organisées par le mouvement.

Plus d'un an après le début de la contestation, démarrée le 17 novembre 2018 partout en France, le chauffeur routier a pris la parole dans une vidéo Facebook, diffusée en direct vendredi soir, pour expliquer que la journée d'action du 24 janvier était sa "dernière". 

"C'était une chose que j'avais programmée, car je savais que la manifestation allait se passer comme ça, même si je n'étais pas au bout de mes surprises. [...] Le gouvernement nous a limite fait un gros doigt, en nous disant qu'on n'obtiendrait rien et que même en nous laissant approcher du pouvoir on ne ferait rien", a-t-il expliqué devant ses abonnés.

Le trentenaire a assuré qu'il s'agissait de sa "dernière vidéo" qu'il fera "en public". Il a tenu à remercier les gilets jaunes avec qui il a pu "avoir énormément d'échanges" et "qui se sont battus jusqu'au bout".

"C'est un magnifique mouvement qu'on a lancé tous ensemble. Il y a eu de très bons actes. Les premiers je m'en souviendrai toute ma vie", a-t-il ajouté.

"Renouveler le mode d'action"

Concernant son retrait des manifestations, Eric Drouet a expliqué que, selon lui, elles ne font "pas avancer" les gilets jaunes et qu'il faut "renouveler le mode d'action". 

"On s'enterrait dans quelque chose qui ne marchait pas et on était en train de fatiguer les gens sur Paris à faire des kilomètres et des kilomètres de marche", a-t-il affirmé.

"J'ai eu de mon côté des menaces"

Il n'y a "pas de retour possible" pour le chauffeur routier, qui parle d'un choix "mûrement réfléchi".

Éric Drouet a révélé que "des personnes assez virulentes" évoluent au sein du mouvement. "Dès qu'on donne notre avis, il n'est pas accepté parce que ça va à l'encontre de ce que font certaines personnes. [...] J'ai eu de mon côté des menaces, on m'a menacé de dévoiler des choses sur ma vie privée", a-t-il assuré.

La figure clé des gilets jaunes préfère désormais "laisser les gens déterminer [ce qu'ils veulent faire] sur le terrain". "Le seul conseil que je peux vous donner c'est de rester anonyme. Se mettre en avant apporte plus de problèmes qu'autre chose.", a-t-il conclu.

Clément Boutin