BFMTV

Mystérieuse pneumonie en Asie: comment la France s'organise pour éviter la propagation du virus

Des personnels médicaux à Wuhan, en Chine, à l'hôpital Jinyintan où des patients sont infectés par un mystérieux virus.

Des personnels médicaux à Wuhan, en Chine, à l'hôpital Jinyintan où des patients sont infectés par un mystérieux virus. - STR / AFP

Afin d'éviter toute introduction et propagation en France, la Direction générale de la santé a annoncé la mise en place de plusieurs mesures, notamment au niveau des aéroports. Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a livré quelques détails supplémentaires au sujet de ce dispositif ce mardi matin sur les ondes d'Europe 1.

On en sait désormais un peu plus sur le mystérieux coronavirus qui a déjà fait quatre morts et plusieurs centaines de malades en Chine et dans d'autres pays asiatiques tels que la Thaïlande, le Japon et la Corée du Sud. Ce lundi, un expert gouvernemental en maladies infectieuses a affirmé que le virus était bien transmissible entre humains, et le président chinois, Xi Jinping, a déclaré plus tôt dans la journée qu'il était "absolument crucial" d'enrayer la propagation de l'épidémie.

A l'heure actuelle, le risque d'introduction en France reste assez faible, mais ne peut pas être entièrement exclu. Ce mardi matin, sur les ondes d'Europe 1, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a affirmé:

"La situation est suivie de très près depuis plusieurs semaines déjà par le ministère de la Santé et par l’Organisation mondiale de la santé. Il y a des réunions régulières. Aujourd’hui, les voyageurs qui reviennent de Chine, quel que soit leur trajet, reçoivent une information sur la conduite à tenir en cas de température. Il leur est demandé, s’ils sont fébriles, se sentent mal, de ne pas se rendre aux urgences, de ne pas aller chez un médecin mais d’appeler le centre 15. Et toutes les autorités sanitaires sont informées du risque et donc vont chercher les personnes, les emmènent dans un lieu qui leur permet de ne pas être en contact avec le reste de la population."

Messages d'alerte dans les avions

De fait, afin d'éviter tous risques sur le territoire français, la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère de la Santé, a pris plusieurs mesures avec effet immédiat, annoncées ce lundi. Dans les aéroports, des messages de précautions à destination des voyageurs se rendant à Wuhan depuis Paris ou au retour de Wuhan sont diffusés dans les avions et des affiches ont été installées à Roissy. Agnès Buzyn a détaillé à la radio:

"Aujourd’hui, il y a plusieurs dizaines voire plus de 100 vols par jour qui arrivent de Chine dans 12 aéroports français. Les recommandations ont été données, les personnels au sol savent exactement quoi faire en cas de fièvre de retour de Chine : c’est-à-dire mettre la personne de côté, contacter le 15, les services sanitaires et le SAMU sont parfaitement informés de la conduite à tenir."

Pour autant, il n'y a "pas d’annulation à prévoir pour l’instant", a poursuivi Agnès Buzyn: "Ça reste une épidémie qui reste pour l’instant cantonnée à la Chine. Une réunion aura lieu (mercredi) à l’OMS, nous verrons si les Européens prennent des mesures supplémentaires."

Margaux de Frouville avec Hugo Septier