BFMTV

Virus en Asie: réunion d'urgence de l'OMS ce mercredi

Le marché de fruits de mer et de poisson de Wuhan, où travaillent des patients atteints du virus, a été fermé suite à une décision de la municipalité.

Le marché de fruits de mer et de poisson de Wuhan, où travaillent des patients atteints du virus, a été fermé suite à une décision de la municipalité. - Noel Celis / AFP

Il sera notamment question de savoir si une "urgence de santé publique de portée internationale" doit être mise en place.

Ce mercredi doit se tenir une réunion d'urgence de l'Organisation mondial de la santé (OMS) qui sera consacrée à l'émergence du nouveau virus, proche du Sras, qui se répand en Chine et a touché trois autres pays asiatiques.

Un comité ad hoc doit se réunir à Genève pour déterminer s'il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale", qualification qui n'est utilisée que pour les épidémies les plus graves, a annoncé l'OMS.

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé membre de la Commission nationale de la santé, a confirmé lundi que la transmission du virus par contagion entre personnes était désormais "avérée."

Inquiétude à l'approche du Nouvel an chinois 

L'OMS estime pour sa part qu'un animal semble être "la source primaire la plus vraisemblable", avec "une transmission limitée d'humain à humain par contact étroit".

Le nouveau coronavirus est proche du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) et touche désormais trois autres pays d'Asie: Japon, Corée du Sud et Thaïlande.

Il inquiète d'autant plus que des millions de Chinois s'apprêtent à voyager pour le Nouvel An chinois.

L'épidémie de Sras en 2002-2003 a fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong) sur 8.096 cas, selon l'OMS. 

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme "urgence de santé publique de portée internationale" que pour de rares cas d'épidémies nécessitant une réaction internationale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

HS avec AFP