BFMTV

Montparnasse: le gouvernement demande à la SNCF d'améliorer la gestion des pannes et l'information 

La gare Montparnasse, à Paris. (Photo d'illustration)

La gare Montparnasse, à Paris. (Photo d'illustration) - PATRICK KOVARIK / AFP

La SNCF a remis son rapport au ministère des Transports ce jeudi au sujet de la panne géante qui a profondément perturbé le trafic à la gare Montparnasse à Paris de dimanche à mardi. La ministre Elisabeth Borne veut une amélioration du système d'information des voyageurs.

La SNCF a remis son rapport sur la panne ayant perturbé le fonctionnement de la gare Montparnasse de mardi à dimanche et formulé neuf recommandations, a annoncé jeudi le ministère des Transports, qui a réclamé un système d'information "plus réactif et plus cohérent".

Dans ce communiqué, la ministre des Transports, Elisabeth Borne salue "l’engagement et la mobilisation des agents de la SNCF durant cette crise" et "demande à la SNCF de mettre en oeuvre immédiatement l'ensemble de ces recommandations". A travers l'ensemble des neuf recommandations formulées par la SNCF, les pistes suggérées visent à mieux prévenir et gérer les pannes, à mieux assurer la continuité lors de ces événements et à améliorer la diffusion de l'information auprès des voyageurs.

Deux chantiers prioritaires

Parmi celles-ci, la ministre souhaite en particulier que la SNCF s'attelle à deux chantiers: la mise à jour des "procédures d'exploitation des grandes gares en situations dégradées" et les "teste notamment à travers des exercices réguliers" et un "calendrier précis d'amélioration du système d'information des voyageurs pour le rendre plus réactif et plus cohérent", indique le texte du ministère.

Elisabeth Borne escompte également que "SNCF Réseau propose à l’EPSF (ndlr: Etablissement public de sécurité ferroviaire) une révision des règles de gestion du trafic, de manière à assurer la totale sécurité des voyageurs tout en permettant une meilleure reprise des circulations en cas d’incident". 

Un premier point d'étape de ces travaux devra être fait devant les conseils de surveillance et d'administration du groupe public ferroviaire, puis à la ministre dans un délai de trois mois", ajoute le communiqué.

R.V. avec AFP