BFMTV

Défilé du FN: quand Bruno Gollnisch agresse des journalistes de Canal +

Bruno Gollnisch a frappé l'équipe du Petit journal de Canal +, ce vendredi lors du défilé du FN.

Bruno Gollnisch a frappé l'équipe du Petit journal de Canal +, ce vendredi lors du défilé du FN. - BFMTV

Une équipe de trois personnes du Petit journal de Canal + a été molestée, ce vendredi, lors du traditionnel défilé du FN par des militants, mais aussi, selon nos images, par Bruno Gollnisch, député européen et membre du bureau national du parti d’extrême droite.

Une équipe de trois personnes du Petit journal de Canal + a été agressée, ce vendredi, dans le défilé du Front national par des militants, après une "interview de Bruno Gollnisch" selon une porte-parole de la chaîne.

"Nos journalistes violemment molestés et évacués du défilé FN", peut-on lire dans un post sur Twitter du Petit journal. L'équipe va mieux mais elle a pris des coups. Merci pour votre soutien."

Gollnisch frappe l'équipe de Canal +

Sur des images filmées par BFMTV, on peut apercevoir Bruno Gollnisch asséner un violent coup de parapluie sur l’équipe de journalistes tout en tentant de saisir la perche du preneur de son, avant d’être freiné dans son élan par le service d’ordre du parti d’extrême droite, le DPS (Département protection sécurité):

Sur Twitter, le député européen déclare avoir "détruit" le "micro-perche espion" de l’équipe du Petit journal :

"Il y a deux semaines, Le Petit Journal de Canal + diffusait frauduleusement une de mes correspondances privées. Ce 1er mai, une autre équipe de ce programme a cherché autour de moi pendant près d'une heure à capter tout aussi frauduleusement et à notre insu nos conversations privées à l'aide d'un micro-perche" a expliqué dans un communiqué ce proche de Jean-Marie Le Pen.

Une équipe de France 5 agressée

Par ailleurs, la journaliste Anne-Sophie Lapix a annoncé sur Twitter que les journalistes de C à vous "ont aussi été agressés lors du défilé du FN". "Leur caméra est cassée", a-t-elle ajouté, précisant que "l’agression fut violente et choquante":

"Rien n'a changé", selon Najat Vallaud-Belkacem

Sur Twitter, la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a apporté son "soutien au trois journalistes". "Rien n'a changé", écrit-elle encore.

Sarkozy dénonce "l'outrance et la violence"

"L'outrance et la violence de certains n'ont pas leur place aujourd’hui " a réagi Nicolas Sarkozy dans un post publié sur Twitter, signé de ses initiales:

La chaîne n’a pas encore pris de décision quant à une éventuelle suite judiciaire. Le parti d’extrême droite refuse, habituellement, toute interview de journalistes du Petit journal.