BFMTV
en direct

EN DIRECT - "Sécurité globale": 26.417 manifestants dans toute la France, selon l'Intérieur

La police use des canons à eau, place de la République, le 12 décembre 2020.

La police use des canons à eau, place de la République, le 12 décembre 2020. - BFMTV

Pour la troisième semaine consécutive, un appel au rassemblement a été lancé ce samedi pour protester contre la proposition de loi "sécurité globale". Des manifestations sont notamment prévues à Paris, Lyon, Lille, Strasbourg et Dijon.

C'est la fin de ce direct

C'est la fin de ce direct, merci à tous de nous avoir suivi.

Retrouvez nos comptes-rendus de cette nouvelle journée de manifestation ici:

Sécurité globale: manifestations très surveillées et sans incident majeur

Manifestation à Paris: la nouvelle stratégie policière appliquée ce samedi a-t-elle fonctionné?

26.417 manifestants dans toute la France selon l'Intérieur

Selon le ministre de l'Intérieur, les manifestations contre la proposition de loi sur la "sécurité globale" ont rassemblé 26.417 personnes, dont environ 5.000 à Paris, pour 85 actions au total.

Le 5 décembre, 57.350 manifestants étaient recensés sur le territoire, dont 5.000 à Paris, pour un total de 154 actions. De même, le 28 novembre, 133.000 manifestants étaient recensés dont 46.000 à Paris, pour 110 actions au total.

Peu avant 20 heures, 164 interpellations étaient recensées en France, dont 142 à Paris.

"Ils ont tapé quand même": le témoignage du manifestant avec le visage en sang à Paris

Un manifestant qui jouait du tambour a été blessé lors d'une intervention des forces de l'ordre ce samedi à Paris, au cours de la manifestation contre la loi "sécurité globale".

Il livre son témoignage à BFMTV.

142 personnes interpellées à 19 heures à Paris

Gérald Darmanin annonce à 19 heures que 142 personnes ont été interpellées à Paris, en marge de la manifestation contre la proposition de loi sur la "sécurité globale".

42 gardes à vue en cours à Paris

Vers 18h30 ce samedi, 42 gardes à vue sont en cours à Paris, précise le Parquet à BFMTV.

La place de la République quasiment évacuée

Progressivement, la place de la République est évacuée par les forces de l'ordre à Paris.

Les cars de CRS ainsi que les nombreuses forces mobiles orientent les manifestants dans les rues avoisinantes.

Le bilan des interpellations passe à 119 à Paris

Peu avant 18 heures, le nombre de personnes interpellées à Paris s'élevait à 117, annonce Gérald Darmanin sur Twitter, remerciant les forces de l'ordre "qui mènent une action déterminée et courageuse contre des casseurs venus nombreux."

Lyon: environ 2000 manifestants et 5 interpellations

Environ 2000 personnes, selon la préfecture d'Auvergne-Rhône-Alpes, se sont réunies cet après-midi à Lyon pour protester contre la loi "sécurité globale".

Des tensions ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogène après avoir été la cible de tirs de projectiles.

Retrouvez notre article sur la manifestation lyonnaise ici.

Environ 1800 personnes dans la rue à Montpellier

Environ 1800 personnes, selon la préfecture, ont défilé dans le calme dans le centre-ville de Montpellier.

"Je ne proteste pas uniquement contre la loi de sécurité globale", a expliqué Coline Marguet, une étudiante de 23 ans, "nous allons vers trop de restrictions, de manière générale".

"Notre devoir de citoyen est de veiller au respect de nos droits", a renchéri Anne-Marie Briand, un médecin de 49 ans en arborant une pancarte "Un flic flou, c'est un flic pas net".

1300 personnes défilent à Strasbourg contre le "fichage syndical"

Près de 1300 personnes défilent à Strasbourg à l'appel d'une vingtaine d'organisations pour dénoncer un potentiel "fichage syndical".

Les manifestants se sont d'abord réunis place de la République, en lisière du centre-ville historique de la capitale alsacienne, pour tenir une "assemblée populaire". Puis la foule s'est élancée, contournant le centre-ville et ses commerces, comme exigé par la préfecture du Bas-Rhin.

Derrière une large banderole "tous ensemble contre la loi Sécurité globale" ouvrant le cortège, de nombreuses pancartes ont été brandies avec ces slogans:

"Plus de caresses, moins de CRS", "Police floutée, Justice aveuglée" ou encore "Balance ton port d'arme".

"La mobilisation reste forte, l'opposition continue", estime Laurent Feisthauer, secrétaire générale de l'unité départementale de la CGT.

Le cortège parisien arrive place de la République

Le cortège parisien est progressivement entrain d'arriver place de la République.

La préfecture de police invite les manifestants qui souhaitent quitter l'événement à "emprunter la rue du Faubourg-du-Temple et l'avenue de la République, ainsi que le métro République."

107 personnes interpellées à Paris

Peu après 16h30, le ministère de l'Intérieur a indiqué à BFMTV que les forces de l'ordre avaient jusque là procédé à 107 interpellations dans les rues de la capitale. Le cortège se trouve boulevard Saint-Martin et se rapproche progressivement de la place de la République.

A Lyon, la police fait usage de gaz lacrymogène

A Lyon, où une manifestation est en cours entre la place Maréchal Lyautey et la place Bellecour, de premières échauffourrées ont été constatées par des journalistes du Progrès présents sur place, qui affirment que les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène après avoir été la cible de projectiles.

La manifestation lyonnaise s'est élancée vers 15h30

Le cortège lyonnais s'est élancé de la place Maréchal Lyautey dans le VIe arrondissement peu après 15h30 et se dirige vers la place Bellecour. D'après Le Progrès, certains manifestants ont tenté de sortir du parcours déclaré et de rejoindre la presqu'île, avant de renoncer.

81 interpellations réalisées à Paris à 15h50

Le ministre de l'Intérieur a indiqué sur Twitter que 81 personnes avaient été interpellées à 15h50 en marge de la manifestation contre la loi "sécurité globale" à Paris. Gérald Darmanin a réitéré ses remerciements à l'égard des "policiers et gendarmes qui font parfois face à des inidividus ultra-violents".

Situation tendue à Paris, un scooter incendié

Les pompiers sont intervenus boulevard de Sébastopol où un scooter a été incendié en plein milieu de la chaussée. La situation reste tendue entre manifestants et forces de l'ordre qui encadrent la marche en longeant les vitrines.

50 interpellations à Paris, annonce la préfecture de police

La préfecture de police de Paris a annoncé que 50 personnes avaient été interpellées peu avant 15h30 en marge de la manifestation contre la loi "sécurité globale".

"Les forces de l'ordre sont en train d'intervenir au milieu du cortège et ont interpellé des individus pour empêcher la constitution d'un groupe de black-blocs violents", a précisé la préfecture.

De premières tensions juste après le départ de la manifestation parisienne

Quelques minutes après le départ du cortège parisien, place du Châtelet, de premières tensions ont été observées boulevard de Sébastopol où un premier groupe de black blocs s'était constitué.

Les forces de l'ordre ont chargé afin d'aller chercher quelques individus qui tentaient de former un black bloc.

Paris: le cortège s'élance vers République

Le cortège parisien vient de s'élancer de la place du Châtelet pour rejoindre la place de la République.

A Paris, 44 personnes ont été interpellées

A 14h45, le ministère de l'Intérieur a fait état de 44 interpellations dans les rues de Paris où moins d'un millier de manifestants sont réunis place du Châtelet. Le cortège doit s'élancer en direction de la place de la République, en passant par les boulevards de Sébastopol et Saint-Martin.

Gérald Darmanin annonce 24 interpellations à Paris

Peu après 14h, le ministre de l'Intérieur a fait état de 24 personnes interpellées dans les rues de Paris en marge de la manifestation contre la loi "sécurité globale" qui doit s'élancer à 14h30 de la place du Châtelet.

"Déjà 24 interpellations à Paris et saisies d’outils qui n'ont pas leur place dans une manifestation. Merci aux policiers et gendarmes mobilisés aujourd’hui contre les casseurs", a écrit Gérald Darmanin sur Twitter.

A Paris, les premiers manifestants sont arrivés place du Châtelet

Le cortège parisien doit s'élancer à 14h30 de la place du Châtelet où des manifestants sont déjà réunis. Un important dispositif de sécurité a été mis en place et les forces de l'ordre encadrent actuellement la place pour éviter tout débordement ou toute modification du parcours au lancement de la manifestation.

Les premiers manifestants arrivent place du Châtelet à Paris, le 12 décembre 2020
Les premiers manifestants arrivent place du Châtelet à Paris, le 12 décembre 2020 © BFMTV

La préfecture de police évoque "de premières interpellations" à Paris

Peu après 13h30, la préfecture de police de Paris a fait état de "premières interpellations" dans les rues de la capitale où la manifestation doit s'élancer à 14h30 de la place du Châtelet.

La préfecture a publié sur Twitter une photo d'une clé à molette et d'un tournevis et évoque "de premières saisies de matériel qui n'ont pas leur place dans une manifestation pacifique".

Deux manifestations prévues à Lille

Un rassemblement contre la proposition de loi "sécurité globale", baptisé "marche convergente des libertés", est organisé à Lille ce samedi. Le point de départ est fixé à 13h30 place de la République.

Une autre manifestation "contre le racisme islamophobe" et la loi "séparatismes" était par ailleurs organisée dès 11 heures à l'appel du Front uni des immigrations et quartiers populaires du Nord et du Pas-de-Calais.

Manifestation parisienne: un dispositif de sécurité renforcé

Entre 4000 et 6000 manifestants sont attendus en début d'après-midi sur la place du Châtelet. Les autorités alarment sur la potentielle présence de 150 à 300 personnes qualifiées "d'éléments violents", comme les black blocs.

Trente unités des forces mobiles (CRS ou escadrons de gendarmerie mobile) ainsi que des forces de la préfecture de police de Paris seront mobilisées. Un dispositif qualifié de costaud au regard du nombre de manifestants.

A Paris, un rassemblement de gilets jaunes interdit par la préfecture

Mercredi 9 décembre, la préfecture de police de Paris a pris un arrêté interdisant "une manifestation de représentants du mouvement des gilets jaunes". Les organisateurs avaient prévu de se rassembler place du Palais-Royal et de se diriger ensuite vers la place Javel André Citroën.

Ils ont saisi le tribunal administratif de Paris pour faire annuler l'interdiction de manifester samedi décrétée par la préfecture de police.

A Lyon, un rassemblement prévu à 15h place Maréchal Lyautey

Les opposants à la loi "sécurité globale" se rassembleront à partir de 15h, place Maréchal Lyautey, dans le VIe arrondissement de Lyon, et prendront la direction de la place Bellecour.

"Du fait des violences survenues lors des derniers rassemblements", la préfecture du Rhône a annoncé la mise en place d'un "périmètre d’interdiction de manifestation le samedi 12 décembre 2020 de 12h à 20h dans une partie de la presqu’île de Lyon".

A Paris, la manifestation maintenue contre l'avis de la coordination #StopLoiSecuriteGlobale

La coordination contre la proposition de loi "sécurité globale" a annoncé dans un communiqué qu'elle n'organisera pas de rassemblement à Paris ce samedi, la sécurité des manifestants n'étant pas assurée selon elle.

"Après la manifestation parisienne du 5 décembre, et du fait de la stratégie de la terre brûlée mise en place par la préfecture de police, la coordination #StopLoiSecuriteGlobale considère que les conditions de sécurité des manifestants et manifestantes ne sont pas assurées et n'organisera pas de mobilisation ce samedi 12 décembre à Paris", a déclaré ce collectif, qui regroupe de multiples organisations et syndicats, notamment de journalistes.

D'autres collectifs ont toutefois invité les manifestants à maintenir la mobilisation dans la capitale et appellent à un rassemblement place du Châtelet à partir de 14h30. Le cortège s'élancera en directon de la place de la République, en passant par le boulevard Sébastopol et le boulevard Saint-Martin.

Bienvenue dans ce live

La coordination contre la proposition de loi "sécurité globale" a appelé à une nouvelle mobilisation ce samedi en régions pour protester contre ce texte qui porte atteinte selon elle "à la liberté de la presse, à la liberté d'expression et à la liberté de manifester", notamment en raison de son article 24 qui pénalise la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre, et aussi d'instaurer "des outils de surveillance de masse".

Outre le retrait de ces dispositions, la coordination réitère sa demande «d'être reçue dans les plus brefs délais par le président de la République Emmanuel Macron». Et ce, précise-t-elle, "sans attendre l'hypothétique 'Beauvau de la Sécurité'".

Suivez avec nous les différents rassemblements prévus en France.

BFMTV