BFMTV

Les Français accros à leur smartphone même en vacances

Si, y compris en vacances, à la plage, à la montagne, en ville ou à la campagne, à cheval, à vélo, en bateau pneumatique, rien ne vous fait lâcher votre téléphone mobile, il est peut-être de temps de vous désintoxiquer.

Si votre téléphone portable pouvait parler, vous seriez surpris de ce qu'il aurait à vous dire. Qu'il redoute sans doute vos escapades sur la plage qui le mettent à rude épreuve. Mais surtout qu'il ressent une grande lassitude à être constamment sollicité. Et c'est un euphémisme, car si quatre Français sur dix affirment regarder leur smartphone entre 0 et 15 fois par jour, que seulement 13% reconnaissent plus de 50 consultations quotidiennes, la vérité des chiffres serait plus proche de... 221 fois en moyenne. Ce nombre d'occurrences pour le moins étonnant était donné en 2014 par une étude de Tecmark qui analysait le comportement de 2.000 utilisateurs britanniques.

Par comparaison, le nombre de consultations d'un ordinateur (portable ou fixe), lui aussi plutôt élevé, serait de 140. Ladite étude retenait comme principal enseignement un glissement des usages des ordinateurs vers les smartphones au fur et à mesure que ceux-ci s'arrogent de nouvelles fonctions.

Dans un sondage BVA pour Orange et le magazine Psychologies de 2016, 58% du millier de personnes interrogées confessaient l'avoir constamment sur eux. Et 36% admettaient en être dépendant.

Un mal du siècle

Mais les conséquences sociétales sont évidemment plus vastes. Les plus accros aux nouvelles technologies seraient les jeunes. Au moins, ont-ils davantage conscience du phénomène que leurs aînés. Pour les faire décrocher, puisque même les vacances n'y suffisent pas, tous les moyens sont bons. De la manière forte au volontarisme. Elisabeth Rosse, psychologue à l'hôpital Marmottan, interviewée par BFMTV, prône une méthode plus douce: se lancer un défi pour s'encourager à laisser son téléphone loin de soi.

Troubles de l'attention, distraction permanente, interférences dans la communication vraie avec son entourage, les méfaits d'un trop grand usage des téléphones portables sont dénoncés par les neurologues et psychologues spécialistes du comportement. Comme souvent il s'agit de savoir où placer la limite pour ne pas sombrer dans l'addiction. Certains YouTubeurs ont partagé leur expérience de vie sans smartphone en revenant à des téléphones basiques, des "dumb phones" permettant seulement - en gros - de téléphoner et d'envoyer des SMS.

Des stages de "désintoxication numérique" sont aussi organisés à destination des addicts qui voudraient décrocher. Le principe est de se faire volontairement et moyennant finances, confisquer son smartphone. Mais cette privation est généralement avec un programme de relaxation ou de reconnexion avec la nature. Reste cette réalité qu'en moyenne, un cadre passe 5,4 heures par jours en moyenne à consulter ses emails, révélait une étude de juillet 2015 réalisée par la société Adobe auprès de 1.600 cadres européens.

David Namias avec Clémence Dibout, Justine Fontaine et Audrey GIraud