BFMTV

L'ordonnance dématérialisée sur smartphone expérimentée dans les Hauts-de-France

Prise de médicament. (Illustration)

Prise de médicament. (Illustration) - iStock

La région va expérimenter à la fin mars le procédé "Ordoclick", une ordonnance électronique téléchargeable sur smartphone. Avec à la clé de nombreux bénéfices pour le patient.

Les pays scandinaves, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et l'Etat de New York, aux Etats-Unis, ont déjà franchi le pas et utilisent désormais l'ordonnance médicale dématérialisée. Selon La Voix du Nord, Guillaume Gobert, un médecin généraliste installé près de Valenciennes, à Breuvages, va lancer une expérimentation dès la fin mars, dans la région des Hauts-de-France.

Le dispositif, baptisé "Ordoclick", permet le suivi de ses prescriptions sur smartphone. Il a pu voir le jour grâce à un financement participatif: "18.500 euros ont été réunis en trois mois pour la création de l'application", détaille le docteur Gobert. De nombreux professionnels de santé ont également mis la main à la poche.

Un double bénéfice, écologique et thérapeutique

Le premier objectif d'Ordoclick est écologique. Dématérialiser l'ordonnance économise du papier. Au passage, il représente autant de paperasse en moins pour les praticiens. Le second est d'ordre pratique et thérapeutique. Le jeune médecin de Breuvages, installé depuis deux ans et demi, fait ce constat que nombre de patients perdent leur ordonnance.

L'adoption du procédé restera à la discrétion du médecin et du pharmacien, assurent les concepteurs. De même "sur le plan technique, les données de santé du patient sont respectées". Ordoclick bénéficie à ce titre de la validation de l'Ordre des médecins et des pharmaciens.

Surtout, des études relayées par le Crip (Cercle de réflexion de l'industrie pharmaceutique) montrent que le passage à l'ordonnance électronique favoriserait un meilleur respect des prescriptions. D'une part, car la lisibilité des ordonnances papier n'est pas toujours au rendez-vous. D'autre part, car le patient a en permanence l'ordonnance sur lui et peut plus facilement se rappeler au besoin les posologies.

Droit de réponse du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens – 17/03/2017

Le 7 mars 2017, le site Internet BFMTV.COM a publié un article intitulé "L’ordonnance dématérialisée sur smartphone expérimentée dans les Hauts-de-France". Dans cet article, il est indiqué que le conseil de l’Ordre des pharmaciens aurait "validé le projet" d’expérimentation d’une application d’ordonnance électronique pour smartphone. Contrairement à ce qui est indiqué, l’Ordre des pharmaciens n’a pas été interrogé sur ce projet et il ne l’a donc pas validé. Il rappelle que les ordonnance ne peuvent "circuler" entre les différents acteurs (prescripteurs, dispensateurs, patients) que de façon sécurisée. L’Ordre des pharmaciens déplore que la France ne soit pas plus avancée en matière d’e-prescription comme c’est déjà le cas dans 14 Etats membres de l’UE (source GPUE 2015) et se réjouit de l’expérimentation de télétransmission d’ordonnances mise en œuvre par la CNAMTS dans trois départements (Saône-et-Loire, Val-de-Marne et Maine-et-Loire) en attendant la e-prescription.

David Namias