BFMTV

Leonarda: un syndicat de police conteste tout "manque de discernement"

Le rapport d'enquête dans l'affaire Leonarda parle de manque de discernement de la part des policiers qui ont procédé à l'interpellation de la jeune fille.

Le rapport d'enquête dans l'affaire Leonarda parle de manque de discernement de la part des policiers qui ont procédé à l'interpellation de la jeune fille. - -

Le syndicat de gardiens de la paix, Alliance, a contesté, ce samedi, certaines conclusions du rapport sur l'enquête de l'arrestation de la collégienne kosovare Leonarda.

Dans l'affaire Leonarda, les policiers auraient-ils dû procéder différemment? Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix, a contesté samedi le "manque de discernement" reproché aux forces de l'ordre dans le rapport d'enquête sur l'interpellation de la collégienne Leonarda Dibrani, expulsée au Kosovo.

Dans un communiqué, le syndicat affirme que "les policiers n'ont commis aucune faute, le droit a été respecté et les conditions d'interpellation conformément aux instructions reçues" se sont déroulées "hors de la vue du public et avec la plus grande humanité compte tenu des circonstances particulières et de la sensibilité de l'opération de police à mener".

"Les boucs émissaires"

"Si les règles d'interpellation sont désormais modifiées, les policiers républicains les appliqueront. Mais pour l'heure, Alliance police nationale n'acceptera jamais que nos collègues soient les boucs émissaires et montrés du doigt par des élus de la République qui avaient toute latitude, avant l'affaire Leonarda, de modifier le droit", poursuit le syndicat.

De son côté, le Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), majoritaire chez les officiers et commissaires, a regretté "l'ampleur démesurée donnée à cette affaire".

E. M. avec AFP