BFMTV

Jacqueline Sauvage fait finalement appel de son maintien en détention

Contrairement à ce qu'avait annoncé ses avocates, Jacqueline Sauvage fait finalement appel de son maintien en détention, a annoncé le parquet de Melun ce dimanche.

Nouveau rebondissement ce dimanche dans l'affaire Jacqueline Sauvage. Alors que ses avocates la décrivaient comme épuisée et annonçaient récemment qu'elle ne ferait pas appel de son maintien en détention, le parquet de Melun annonce qu'elle a finalement déposé un appel vendredi. Sa demande de libération conditionnelle avait été rejetée le 12 août, malgré une grâce présidentielle partielle accordée par François Hollande le 31 janvier.

"Elle avait fait appel une première fois, elle s'était désistée et là elle a fait un nouvel appel de la décision de rejet du tribunal d'application des peines (TAP) d'aménagement de sa peine", a expliqué le parquet. Jacqueline Sauvage, âgée de 68 ans, est actuellement incarcérée pour le meurtre de son mari violent et incestueux. Elle a été condamnée à dix ans de prison par la cour d'assises du Loir-et-Cher.

Rassemblement le 10 septembre à Paris

Après la décision du TAP le 12 août, la sexagénaire avait 10 jours pour faire appel. Le tribunal reprochait notamment à Jacqueline Sauvage de "ne pas assez s'interroger sur son acte", estimant qu'elle ne pouvait pas réclamer de vivre à proximité des lieux du crime, chez l'une de ses filles, comme elle le prévoyait, "un environnement qui, compte tenu des soutiens dont elle bénéficie, et de la médiatisation des faits, risquerait de la maintenir dans une position victimaire", pouvait-on lire dans la décision du TAP. 

Une nouvelle pétition réclamant la libération de Jacqueline Sauvage a recueilli à ce jour 234.00 signatures. Son comité de soutien a par ailleurs appelé à un rassemblement le 10 septembre prochain à Paris.

C.V. avec AFP