BFMTV

Insultes homophobes: les excuses de Marcel Campion

Marcel Campion devant la grande roue parisienne - Image d'illustration

Marcel Campion devant la grande roue parisienne - Image d'illustration - JOEL SAGET / AFP

Pour lui, ses propos ont été "sortis de leur contexte."

Quelques heures après la diffusion d’une courte vidéo au cours de laquelle le "roi des forains" Marcel Campion est entendu tenant des propos homophobes à l'encontre de Bruno Julliard durant une réunion publique à Saint-Ouen, ce dernier a tenu à présenter ses excuses.

Dans un communiqué, Marcel Campion affirme que ses propos ont été "sortis de leur contexte" mais "tiens tout d’abord à présenter (ses) excuses à toutes celles et tous ceux qui peuvent en être blessé."

"Pris isolément et au pied de la lettre, je mesure à quel point ils peuvent être interprétables et donc blessants" admet-il.

"Que les choses soient claires, il n’y a pour moi aucun lien entre le fait que Bruno Julliard soit gay, ou que certains de ses amis le soient, et la politique anti-forain qu’il a mise en place. Il l’a fait avec rouerie -j’ai dit avec perversité!- mais cette politique aurait naturellement être pu mise en œuvre par quiconque comme lui voulait chasser les forains de Paris" poursuit-il.

"Rien de stigmatisant à mes yeux"

Dans la suite du document, Marcel Campion tente d’apporter une nouvelle justification, culturelle cette fois-ci. "Je tiens d’abord à dire que définir quelqu’un par sa communauté fait partie de ma culture -d’ailleurs moi-même on me définit comme forain, il n’y a donc rien de stigmatisant à mes yeux de parler de la communauté homosexuelle."

"Je tiens ensuite à dire que ma vie et mes amitiés prouvent l’absence de toute homophobie de ma part. Par le passé avec mes amis forains, nous avions invité la Gay Pride au Tuileries et encore l’été dernier j’avais avec les forains, spontanément proposé d’offrir une partie des recettes d’une journée de la fête des Tuileries au profit des Gays Games et des associations de soutiens."

Candidat à la prochaine élection municipale à Paris, Marcel Campion, en guerre ouverte avec l'actuelle administration, préside son propos courant nommé "Paris libéré." Dans la journée, Bruno Julliard, visé par les insultes, avait fait part de sa volonté de porter plainte.

Hugo Septier