BFMTV

INFOGRAPHIES. Un mois après le début du déconfinement, où en est la pandémie de coronavirus en France?

-

- - -

Le 11 mai, de nombreux Français craignaient une "seconde vague". Un mois plus tard, au vu du nombre d'hospitalisations et de décès liés au Covid-19, elle n'est toujours pas arrivée.

Alors que de nombreux pays sont encore durement touchés par le coronavirus dans le monde, l'Europe semble avoir passé le plus dur. Épicentre de la pandémie en mars, le Vieux continent s'est rapidement confiné avant de progressivement se déconfiner au fil du mois de mai.

La France ne fait pas exception à la règle. Le 17 mars, un confinement strict et national était appliqué dans tout l'Hexagone: déplacements limités au strict nécessaire, fermeture des écoles, recours massif au télétravail...

Face à la légère amélioration de la situation sanitaire, le gouvernement a commencé à lâcher du lest à partir du 11 mai, autorisant le retour en classe de certains élèves, rouvrant certains commerces tout en appelant la population à respecter les gestes barrières. Depuis le 2 juin, les cafés, bars et restaurants ont à leur tour rouvert et il est également possible de circuler librement dans le pays.

De moins en moins de victimes du Covid-19

Force est de constater un mois après le début du déconfinement que la deuxième vague tant redoutée n'a pas eu lieu. Depuis le 11 mai, le nombre de morts liés au Covid-19 ne cesse de diminuer, comme le montre l'infographie ci-dessous.

De moins en moins d'hospitalisations

Autre indicateur, moins grave mais tout aussi important, le nombre de nouvelles personnes hospitalisées chaque jour à cause du Covid-19. Celui-ci suit quasiment la même trajectoire que l'infographie ci-dessus.

Après avoir grimpé en flèche durant le mois de mars, un pic a été atteint en avril avant de progressivement redescendre. Le déconfinement ne semble avoir eu aucun impact négatif sur le nombre d'hospitalisations.

De moins en moins de réanimations

Dernier indicateur surveillé de près par les épidémiologistes: le nombre de patients admis en réanimation chaque jour. Au plus fort de la crise, près de 7000 personnes étaient en soins intensifs.

Un chiffre qui est finalement redescendu au fil des mois d'avril et de mai. Depuis une semaine, on compte en moyenne entre 15 et 20 nouvelles admissions par jour. En avril, c'était 30 fois plus.

La carte ci-dessous montre l'évolution de ce dernier indicateur par département. Comme on peut le voir sur le GIF, de nombreux départements ont vu leur nombre de patients admis en réanimation diminuer très vite depuis le déconfinement. Dans une dizaine d'entre eux (colorés en gris), on ne compte même plus aucun patient en soins intensifs.

GIF REA.gif
GIF REA.gif © -
Louis Tanca