BFMTV
Société

Grève du 5 décembre: les gilets jaunes vont-ils participer à la mobilisation? 

Un gilet jaune lors d'une manifestation - Image d'illustration

Un gilet jaune lors d'une manifestation - Image d'illustration - LOIC VENANCE / AFP

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses pages appellent à la mobilisation pour ce jeudi, et plusieurs militants espèrent une convergence des luttes afin d'inscrire le mouvement dans la durée.

À moins de deux jours de la grève du 5 décembre, pour laquelle de nombreux syndicats ont appelé à une forte mobilisation ce jeudi, la France s'attend à être paralysée. Si la SNCF a déjà annoncé une annulation de 90% de ses trains ce jour-là, elle doit être rejointe par différents secteurs, dont les écoles et les hôpitaux, qui souhaitent faire reculer le gouvernement sur son projet de réforme des retraites. 

Sur les réseaux sociaux, les gilets jaunes annoncent eux aussi être de la partie. Dans une vidéo publiée le 30 novembre dernier, le militant de la première heure, Eric Drouet, expliquait l'importance d'un tel mouvement. 

"J’espère qu’ils sont paniqués, parce que je pense vraiment que les gens ne sont pas prêts à lâcher sur les retraites. J’espère que ça va montrer aux gens qu’on peut tous être unis pour une cause commune, que ça va être le début, que ça ira plus loin", a-t-il expliqué.

Vers une convergence des luttes? 

Un appel à la mobilisation qui trouve un écho sur l'ensemble des pages et groupes dédiés aux gilets jaunes. Sur Facebook, un événement créé par le Rassemblement des Gilets Jaunes Citoyens, nommé "Le 5 décembre, les Gilets Jaunes pour la convergence", rassemble déjà près de 1500 participants et plusieurs milliers "d'intéressés."

"La colère sociale est une réalité mise en lumière par le mouvement des gilets jaunes. [...] Aussi pour le 5 décembre nous devons faire cause commune. Nous appelons à être un peuple uni le 5 décembre, un peuple en colère qui exprimera sa volonté d’en terminer avec ces réformes injustes et la politique du président!", peut-on lire en guise de description.

Une autre page a également mis en ligne un événement qui reprend la "mythologie" du mouvement, puisque nommé "Acte 1 Grève Générale Illimitée!". Cet appel regroupe quant à lui un peu moins de 3000 personnes. 

Cette volonté de convergence des luttes était déjà palpable il y a plusieurs semaines au mois de novembre. Dans un reportage du média Reporterre, qui s'était rendu début novembre à l’Assemblée des Assemblées, un rassemblement de gilets jaunes. Là, de nombreux participants avaient fait part de leur volonté de rejoindre les rangs des manifestants. 

"Il faut profiter de ce moment pour générer un mouvement populaire de masse et une grève reconductible. Et ainsi pouvoir repartir comme en 14!", pouvait-on lire. 

Les appels se multiplient

Toujours sur Facebook, en plus de plusieurs événements déjà organisés, de nombreuses pages de soutien aux gilets jaunes diffusent des messages appelant à la mobilisation.

Autre figure emblématique du mouvement, Jérôme Rodrigues a, le 27 novembre dernier, publié sur son compte officiel une vidéo appelant à la grève générale et illimitée

Sur une autre page, dédiée aux gilets jaunes toulousains, un rap appelant au blocage massif a également été diffusé.

Et après le 5?

S'il semble établi que de nombreux gilets jaunes voient d'un bon œil une participation aux manifestations et mobilisations du 5 décembre, de nombreuses questions se posent encore quant à la continuité du mouvement. 

Selon un article du Parisien, le président de la République Emmanuel Macron aurait admis être peu "rassuré" quant à d'éventuelles perturbations dès le samedi 7 décembre, dans le cadre d'un nouveau week-end de mobilisation des gilets jaunes, quelques semaines après les événements survenus place d'Italie. 

Toujours selon le quotidien francilien, le chef d'état serait en particulier préoccupé par des "groupes violents qui ont définitivement squatté la cause la cause des Gilets jaunes".

Il aurait demandé au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, de "veiller à ce que tout soit fait pour que l'ordre public soit maintenu." Sur les réseaux sociaux, les appels à la mobilisation pour le samedi ne sont toutefois pas encore apparus. 

Hugo Septier