BFMTV

Georges Wolinski, mort d'un dessinateur emblématique de "Charlie Hebdo"

Le dessinateur Georges Wolinski a été assassiné, mercredi 7 janvier, dans les locaux de "Charlie Hebdo".

Le dessinateur Georges Wolinski a été assassiné, mercredi 7 janvier, dans les locaux de "Charlie Hebdo". - Alain Jocard - AFP

Avec Cabu, Charb et Tignous, le dessinateur Georges Wolinski figure parmi les victimes de la fusillade à Charlie Hebdo. Retour sur le parcours de l'une des signatures du magazine.

Charlie Hebdo est en deuil. Un attentat dans les locaux de l'hebdomadaire satirique a fait au moins douze morts, mercredi. Parmi les victimes, quatre dessinateurs: Cabu, Charb, Tignous et Georges Wolinski.

Georges Wolinski a grandi à Tunis. Il arrive en France en 1945. Il entame des études d'architecture, mais les interrompt pour se lancer dans le dessin. En 1960, il apporte des dessins à Cavanna, qui vient tout juste de créer le journal d'humour satirique Hara-Kiri: c'est le début de sa carrière d'illustrateur. Cavanna devient son mentor. Il rencontre par la même occasion Reiser, Siné, Topor ou encore Cabu.

En parallèle, il dessine dans la revue Action, et cofonde L'Enragé. Son dessin, chargé au début de sa carrière, devient plus épuré et met en scène des fantasmes sexuels, des scènes absurdes, avec audace et humour. Wolinski observe ses contemporains, il raconte des histoires, et se plaît à transgresser. Il publie des dessins dans Carnets de croquis en 1966, et reçoit un an plus tard le grand prix de l'humour noir.

Un dessinateur prolifique

Les évènements de 1968 font connaître son travail. Mais c'est dans Hara-Kiri Hebdo, devenu Charlie Hebdo, que Georges Wolinski va devenir la signature que l'on connaît. Il en sera le rédacteur en chef de 1970 à 1981, et permettra ainsi à de nombreux jeunes dessinateurs de se faire connaître. Dans Charlie, chaque semaine, Wolinski met en scène deux personnages, un maigre timide et un gros, dominateur et péremptoire, qui enchaîne les propos de comptoir: "Monsieur, je suis pour la liberté de la presse, à condition que la presse n'en profite pas pour dire n'importe quoi!" Il collabore également avec Le Journal du dimanche, où il rencontre sa femme Maryse, ainsi que Paris Match et L'Humanité.

Dessinateur très prolifique, il travaille avec plus de 40 journaux, et publie des ouvrages dans des domaines variés, comme le dessin d'humour, ou encore la bande dessinée – il a quelque 80 albums à son actif, dont les célèbres BD Paulette. Il publie aussi des livres de réflexions, comme Lettre ouverte à ma femme (Albin Michel, 1978), Les Pensées (Pocket, 1983), La Morale (Le Cherche-Midi, 1992). Illustrations publicitaires, couvertures d'albums, croquis, affiches mais aussi scénarios de théâtre, films comptent aussi parmi ses œuvres.

En 2005, il reçoit la Légion d'honneur, et le Grand prix de la ville d'Angoulême, au festival international de la bande dessinée. En 2012, à l'occasion du dépôt de plus de 10.000 dessins à la Bibliothèque nationale de France, son travail avait fait l'objet d'une rétrospective. Au centre de l'exposition qui lui était consacrée à la BNF se tenait un portrait géant de Wolinski dans les années 70. La présentation de l'exposition le décrivait ainsi: "couché dans son cercueil, il lève son verre de whisky dans un rire joyeux défiant la mort".

Ariane KUJAWSKI