BFMTV

Fermeture des voies sur berge à Paris: la bataille de chiffres continue

La mairie de Paris a commencé à aménager les voies sur berge.

La mairie de Paris a commencé à aménager les voies sur berge. - BFM Paris

La préfecture de police a fait un nouveau bilan lundi et assure que la piétonisation des voies sur berge a bien allongé les temps de trajet dans la capitale. En parallèle, la mairie de Paris affirme que la pollution n'a pas augmenté depuis la fermeture des berge mais Airparif est moins catégorique.

Nouveau point d'étape de la préfecture sur la fermeture des voies sur berge. Le comité de suivi a dévoilé lundi soir de nouveaux chiffres et ils ne sont pas bons. Ils confirment que la piétonisation des voies sur berge a eu un impact sur les temps de trajet. 

"On constate bien sûr des allongements de temps de trajet depuis le 1er septembre et sur les quais rive droite c'est, entre Varsovie et Bercy, un allongement des temps de trajet d'environ 10 minutes, ça c'est le matin à 8h30", explique François Hardy, sous-directrice régionale de la circulation.

Une situation qui se détériore encore davantage le soir. "A 18h30, on constate à ce moment-là un allongement de parcours de 13 minutes le soir", poursuit-elle. 

Un constat qui vient appuyer un précédent rapport du comité de suivi début novembre. Ce dernier soulignait déjà des augmentation de parcours, sans toutefois noter d'impact en-dehors de la capitale. Un autre rapport du mois de novembre, commandé par la région faisait aussi état de l'accroissement des temps de parcours.

Pas de conséquences sur la pollution?

Des chiffres qui n'entament pas la détermination de la mairie de Paris qui mise sur le recul des embouteillages à long terme. Alors que les travaux d'aménagement des berges en parc urbain ont commencé, la municipalité défend son projet. Citant une "première série de données" d'Airparif étudiées par le comité de suivi, la ville de Paris affirme dans un communiqué publié lundi que les reports de circulation sur les quais hauts et le boulevard Saint Germain "n'entraînent pas de hausse de la pollution de l'air".

Des données qui constituent un "premier indicateur très encourageant" souligne dans le communiqué Christophe Najdovski, adjoint aux Transports et taclant par la même occasion Valérie Pécresse qui s'interrogeait lundi sur les conséquences de la fermeture des voies sur berge sur la pollution.

"J'invite les opposants au projet - dont certains allaient jusqu'à prétendre que la fermeture des quais bas aux voitures était responsable du pic de pollution la semaine dernière! - à prendre acte de ces éléments", poursuit-il, soulignant malgré tout que "ces données partielles gagneront à être précisées".

Mais de son côté, Airparif invite à la prudence sur ces chiffres. "On a déployé une campagne de mesure importante qui dure un mois, qui va permettre d'avoir une information très précise puisqu'on a déployé 80 points de mesure, en plus de notre réseau habituel. Simplement, ces points de mesure nécessitent une analyse différée en laboratoire. A l'heure actuelle, on n'a pas les résultats", tranche Frédéric Bouvier, directeur d'Airparif.

Les premiers résultats de cette étude devraient être connus au premier trimestre 2017, avant la fin de la phase de test de la piétonisation des voies sur berge au mois de mars.

Carole Blanchard avec Maïmouna Barry