BFMTV

En campagne dans le Finistère, Richard Ferrand exclut toute démission

Le ministre de la Cohésion des Territoires Richard Ferrand, le 19 mai 2017 à Quimper (Bretagne)

Le ministre de la Cohésion des Territoires Richard Ferrand, le 19 mai 2017 à Quimper (Bretagne) - FRED TANNEAU, AFP/Archives

"On démissionne quand on est coupable de quelque chose. Je ne suis coupable de rien", s'est justifié le ministre, ce jeudi, au micro de BFMTV.

En déplacement de campagne dans le Finistère, le ministre de la Cohésion des Territoires Richard Ferrand a exclu, jeudi, toute démission, au lendemain de révélations du Canard enchaîné épinglant la location de locaux appartenant à sa compagne par les Mutuelles de Bretagne qu'il dirigeait alors.

"Pas une seconde", Richard Ferrand n'a pensé à démissionner. "On démissionne quand on est coupable de quelque chose. Je ne suis coupable de rien ni sur le plan légal, ni sur le plan moral", a affirmé le ministre sur BFMTV.

Société immobilière appartenant à sa compagne

Interrogé sur son avenir après les législatives, le ministre a répondu:

"J'espère bien que Dieu me prêtera vie longtemps", avant d'ajouter: "Les Françaises et les Français veulent que le président ait une majorité pour gouverner et je suis un maillon de cette majorité".

Selon Le Canard enchaîné, les faits remontent à 2011: à Brest, les Mutuelles de Bretagne, qui souhaitaient louer des locaux commerciaux pour ouvrir un centre de soins, avaient choisi parmi trois propositions celle d'une société immobilière appartenant à la compagne de Richard Ferrand.

Dans une interview au quotidien Le Télégramme parue jeudi, Richard Ferrand assure que sa "compagne s'était déjà engagée dans l'acquisition de ces locaux avant la décision des Mutuelles". 

"Le respect de la loi prime sur tout"

"A l'unanimité, précise-t-il au journal breton, le conseil d'administration, qui est l'instance de décision (et dont je ne fais pas partie !), a choisi pour le prix et pour leur emplacement les locaux possédés par ma compagne. D'ailleurs, le bail a été reconduit en 2014, preuve que ces locaux conviennent... étant précisé que j'ai quitté la direction des Mutuelles en 2012."

"Ça durcit le cuir, mais je m'en serais bien passé", admet Richard Ferrand. "Je suis sans doute devenu une cible du fait de mon engagement très exposé et de ma récente nomination. Mais j'ai ma conscience pour moi et le caractère résistant des Bretons ! Je suis aussi républicain : le respect de la loi prime sur tout."

Il a employé son fils en 2014

Richard Ferrand a aussi été épinglé pour avoir employé son fils comme collaborateur parlementaire en 2014. Un emploi réel et légal mais que le ministre a dit regretter. Son cabinet a tenté de justifier cet emploi d'une bien étrange manière

"Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet", a ainsi expliqué mercredi le cabinet de Richard Ferrand. 

Secrétaire général de La République en Marche!, Richard Ferrand fut l'un des premiers en provenance du PS à rejoindre le mouvement fondé par Emmanuel Macron.

E. H. avec AFP