BFMTV

TOUT COMPRENDRE - L'examen du baccalauréat à l'épreuve du Covid-19

Un lycéen pendant une épreuve du bac en 2017

Un lycéen pendant une épreuve du bac en 2017 - MARTIN BUREAU

L'examen emblématique de la fin du lycée s'ouvre ce jeudi avec l'écrit de philosophie pour les élèves de terminale générale.

Coup d'envoi pour les élèves de terminale de filière générale, au lendemain du début des épreuves pour leurs homologues des filières professionnelles. Après une année hors norme vampirisée par la pandémie de Covid-19 et les aménagements qu'il a fallu appliquer à la scolarité, les élèves vont plancher sur les épreuves du baccalauréat. Depuis le mois de novembre 2020, nombre d'entre eux ont dû suivre les cours à distance, ou en demi-groupe.

Les épreuves du bac, à l'image de l'année, ne ressembleront pas à celles des années précédentes, gestes barrières et protocole sanitaire à l'appui pour lutter contre la propagation du virus qui a pendant un temps mis le monde entier à l'arrêt. En 2020, au sortir du premier confinement, les épreuves en présentiel avaient toutes été annulées au profit d'un contrôle continu intégral.

Quelque 715.000 candidats, toutes filières confondues, vont plancher pour tenter d'obtenir le précieux diplôme. Tour d'horizon de l'organisation de l'examen emblématique de la fin du lycée, cru 2021, à l'aune de la crise sanitaire.

· Quand se déroulent les épreuves?

Un repère intangible dans cette édition inédite de l'examen: les épreuves s'ouvrent ce jeudi matin avec l'écrit de philosophie, comme les autres années. Ce sera toutefois la seule épreuve écrite qui sera validée en présentiel.

Le grand oral, qui se tiendra du lundi 21 juin jusqu'au 2 juillet, se déroulera aussi en présentiel. Il s'agit de la première édition de cette épreuve, née lors de la dernière réforme en date du baccalauréat.

La réussite dans les autres disciplines sera sanctionnée par le biais des notes obtenues en contrôle continu. Les syndicats lycéens militaient pour un recours intégral au contrôle continu, à l'image de l'année passée.

· Quelle sera la part du contrôle continu?

Du fait du petit nombre d'épreuves en présentiel, le contrôle continu représentera au minimum 82% de la note finale des candidats. En mars dernier, les épreuves de spécialités, qui devaient se tenir pour la première fois, avaient été annulées au profit du contrôle continu, en pleine résurgence de l'épidémie de Covid-19.

Si l'épreuve de philosophie et le grand oral pourront représenter jusqu'à 18% de la note finale à l'examen, cette proportion pourra être moindre. Les correcteurs retiendront la meilleure note entre celle obtenue à l'épreuve finale et celle résultant du contrôle continu sur l'année écoulée.

Nombre de correcteurs font montre d'agacement quant à l'éventualité de corriger des copies qui ne seront finalement pas prises en compte si la note attribuée est en deça de celle du contrôle continu.

Autre changement notable lors de l'épreuve de philosophie: ce seront quatre sujets au choix (une explication de texte et trois sujets de dissertation) qui seront proposés cette année, au lieu de trois les autres années, peut-on lire sur le site du ministère de l'Éducation nationale.

"Ce qui m'a paru important, c'est de maintenir une épreuve terminale. En même temps cette année, nous devions avoir une bienveillance particulière vu la situation", a défendu début juin le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

· Quel est le protocole sanitaire mis en place?

À l'image de l'année écoulée, le port du masque sera obligatoire pour tous, élèves comme personnels de l'Éducation nationale, lors des examens. Il faudra se munir d'un masque chirurgical, ou d'un masque grand public de catégorie 1.

Lors de l'entrée et de la sortie de la salle d'examen, il faudra se nettoyer les mains avec du gel hydroalcoolique.

La configuration des lieux variera légèrement par rapport aux années précédentes. Les bureaux seront davantage espacés afin de respecter la distanciation physique entre les candidats. Ces derniers feront aussi l'objet de nettoyage.

Enfin, en toute logique, les aspirants bacheliers qui seront identifiés comme cas contacts ou testés positifs au virus ne pourront pas passer les examens. Ils seront convoqués ultérieurement pour une session de remplacement qui se tiendra en septembre.

Pour les élèves qui passeront les épreuves lors de cette première session, les résultats tant attendus seront dévoilés le mardi 6 juillet prochain. Les rattrapages commenceront dans la foulée, dès le lendemain, jusqu'au 9 juillet.

Clarisse Martin avec AFP