BFMTV

Sexisme: polémique autour de lycéens en jupe à Nantes

L'affiche officielle de la journée "Ce que soulève la jupe", organisée le 16 mai dans les lycées de l'académie de Nantes.

L'affiche officielle de la journée "Ce que soulève la jupe", organisée le 16 mai dans les lycées de l'académie de Nantes. - -

Une journée de lutte contre le sexisme et les discriminations, intitulée "Ce que soulève la jupe", organisée vendredi prochain dans l'académie de Nantes, n'a pas tardé à soulever une polémique.

Une journée de lutte contre le sexisme intitulée "Ce que soulève la jupe", est proposée vendredi 16 mai dans 27 lycées de l'académie de Nantes, soit dans cinq départements: la Loire-Atlantique, la Mayenne, la Sarthe, le Maine-et-Loire et la Vendée. Lancée par des lycéens et acceptée par le rectorat, l'initiative a aussitôt soulevé une polémique, certains opposants à la théorie du genre affirmant faussement qu'il est demandé aux garçons de venir en jupe.

"L'académie de Nantes ne demande pas aux garçons de venir en jupe", a tenu à rectifier le rectorat ce mercredi, après la diffusion de cette fausse annonce sur les réseaux sociaux. C'est une "action de lutte contre le sexisme", prévue le 16 mai dans 27 lycées de l'académie (qui en compte 220), qui consistera "principalement en un temps d'échange sur les discriminations sexistes et les moyens éventuels d'y remédier dans la vie du lycée", a précisé le porte-parole du rectorat.

Interprétation faussée des anti-théorie du genre

A l'origine de la bronca sur les réseaux sociaux, l'intitulé de la journée: "Ce que soulève la jupe" reprend le titre d'un ouvrage de Christine Brard sur le sexisme, et la proposition d'"Inviter filles et garçons, élèves et adultes, le temps d'une 'journée évènement' à porter une jupe ou un autocollant 'je lutte contre le sexisme, et vous ?'". Plusieurs groupes de militants anti-théorie du genre ont tronqué et déformé l'information, qui est devenue une obligation pour les garçons de porter une jupe, ainsi que du rouge à lèvres, une information fausse.

Le groupe local anti-théorie du genre "Les Nantais pour la famille" a appelé à une action de protestation pacifique le 16 mai. Même réaction de la part du groupe Action Sentinelles, qui a appelé à une mobilisation pacifique devant le lycée Clemenceau de Nantes. Tandis que le président de l'Uni, Olivier Vial, tweetait mercredi matin: "L'académie de Nantes incite les garçons à porter une jupe et du rouge à lèvres vendredi 16 mai. #ConchitaWurstStyle" (en référence au travesti barbu gagnant de l'Eurovision, NDLR).

L'Académie de Nantes incite les garçons à porter une jupe et du rouge à lèvres vendredi 16 mai. #ConchitaWurstStyle pic.twitter.com/iWywc61ono
— Olivier Vial (@ovial) 14 Mai 2014

Une première édition en 2013

"Il ne s'agit en aucun cas de se déguiser ou d'une journée de folklore, surtout en période d'examen", a affirmé pour sa part le porte-parole du rectorat. "L'an dernier pour la première édition le 12 avril 2013, ce sont surtout des filles qui sont venues en jupe, parfois même, de manière symbolique, sur des pantalons, et chez les garçons, il y a peut être eu deux ou trois kilts", a-t-il précisé. Avant de conclure: "Se mettre en jupe n'est pas le propos de cette action".

Interrogé ce mercredi, à l'Assemblée nationale, sur cette journée de la jupe, par une députée de l'opposition, le ministre de l'Education Benoît Hamon a regretté que des rumeurs soient colportées dans l'Assemblée nationale et rappelé qu'il s'agissait d'une initiative des élèves.

A.S. avec AFP