BFMTV

Rentrée: des tests seront proposés du CP à la 3e afin de réduire les inégalités du confinement

La rentrée des classes pour l'année scolaire 2019/2020 aura lieu le 2 septembre 2019

La rentrée des classes pour l'année scolaire 2019/2020 aura lieu le 2 septembre 2019 - Xavier Leoty - AFP

Dans une circulaire publiée par le ministère de l'Éducation nationale, l'accent est mis sur l'identification des besoins des élèves" et la réduction des inégalités.

La prochaine rentrée scolaire s'annonce particulière. Si lors de son interview télévisée de ce mardi Emmanuel Macron avait affirmé s'attendre à un retour en classes "quasi normal" malgré la crise du Covid-19, plusieurs aménagements sont malgré tout déjà prévus.

Dans une circulaire publiée vendredi par le ministère de l'Éducation, il a été rappelé que "le respect des règles sanitaires essentielles doit être assuré": le port du masque est notamment maintenu pour les adultes et les enfants de plus de 11 ans en cas d'impossibilité de respecter la distanciation sociale.

"Identifier les besoins des élèves"

D'un point de vue purement éducatif, cette rentrée des classes s'annonce également comme un défi de taille. Invité fin juin sur BFMTV-RMC, Jean-Michel Blanquer s'était fécilité du retour de nombreux écoliers et collégiens dans les salles de classe: "80 à 85%" selon les estimations du ministre de l'Éducation nationale, et donc seulement "moins de 20% qui ne sont pas revenus" Pour autant, selon les chiffres officiels cités par Le Monde, 4% des élèves, soit 500.000 enfants et adolescents, auraient décroché du système scolaire lors du confinement.

Logiquement, l'une des priorités de cette rentrée sera de venir en aide à ces derniers, "identifier les besoins des élèves" selon la circulaire, et de réduire les inégalités qui peuvent désormais exister entre ces décrocheurs et les élèves qui ont pu suivre une scolarité plus normale durant la crise sanitaire.

Des tests renforcés

Pour cela, l'Éducation nationale a prévu le renforcement des tests déjà proposés aux élèves de CP, CE1, 6e et 2nde. Dans le détail, ces outils sont censés permettre la "consolidation" des connaissances et "réduire les éventuels écarts constatés entre la rentrée et les vacances de la Toussaint".

Elles auront lieu du 14 septembre au 2 octobre "pour apporter des réponses rapides et ne pas laisser s'installer les difficultés scolaires". Un autre rendez-vous est prévu pour la mi-CP, du 18 au 29 janvier 2021.

En CP et en CE1, les évaluations ne connaîtront que peu de changement par rapport à celles menées l'année dernière, avec à nouveau des exercices de français et de mathématiques.

En 6e, la circulaire prévoit de mettre l'accent sur la résolution de problèmes en mathématiques et la compréhension de tests longs en français. Pour ces mêmes élèves, un test de "fluence" est également prévu. Il est censé évaluer la rapidité de lecture et sera réalisé dès le début de l'année.

En seconde, le test destiné "à identifier les besoins de chaque élève en français et en mathématiques" sera simplifié, promet la circulaire.

Un accompagnement à grande échelle

Nouveauté pour la rentrée prochaine, l'apparition d'"outils de positionnement" qui, selon le document officiel, destinés aux élèves des autres niveaux entre le CP et la 3e. Ils auront lieu dès les premers jours de cours.

"Ces tests, courts et ponctuels, permettent de mesurer instantanément la maîtrise des compétences fondamentales et d'identifier les priorités pour chaque élève", apprend-on encore dans la circulaire.

Un accompagnement à grande échelle des élèves sera également mis en place. Comme le souligne encore cette même circulaire, "plus d'1,5 million d'heures supplémentaires (sont prévus) et tous les partenaires de l'École dans le cadre de (l'opération) Devoirs faits (un temps d'étude proposé aux collégiens pour réaliser leurs devoirs, ndlr) seront mobilisés et concentrés entre septembre et décembre sur cet accompagnement."

"Plan de continuité pédagogique"

Comme le conclut Le Monde, la circulaire ne précise pas de quelle manière le gouvernement se prépare à une éventuelle nouvelle vague de coronavirus, de plus en plus redoutée à mesure que les signaux négatifs se multiplient en France.

Est uniquement indiquée la création d'un "plan de continuité pédagogique" dans le cadre de l'enseignement à distance, dont les modalités n'ont pas encore été précisées. Il devrait être présenté dans les jours qui viennent.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV