BFMTV

Réforme du Bac: ce grand oral italien qui inspire Blanquer

Des étudiants suivent un cour à l'Université Roma Tre le 7 novembre 2012 à Rome (photo d'illustration).

Des étudiants suivent un cour à l'Université Roma Tre le 7 novembre 2012 à Rome (photo d'illustration). - TIZIANA FABI / AFP

Le ministre de l'Education nationale souhaite intégrer une grande épreuve orale dans le nouveau bac à l'image de ce qui se fait actuellement en Italie.

Emmanuel Macron l'avait promis pendant la campagne: il souhaite réformer le baccalauréat, plaidant notamment pour quatre épreuves finales et plus de contrôle continu. La réforme, défendue par Jean-Michel Blanquer, est encore en gestation. Sa feuille de route fait actuellement d'objet d'une concertation, avec une certitude à ce stade, dès 2021, le bac français ne devrait plus ressembler à ce qu'il est actuellement. Parmi les pistes qui sont déjà envisagées, le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, souhaite intégrer une grande épreuve interdisciplinaire orale, inspirée de ce qui se fait de l'autre côté des Alpes: le colloquio italien.

En Italie, le lycée dure 5 ans (et le collège 3) et l'épreuve qui marque le passage à la vie étudiante ou professionnelle, appelée la maturità, intervient lorsque l'élève a en principe 19 ans. Elle concerne aussi bien le lycée que les instituts techniques et est répartie en quatre ou cinq épreuves: tout d'abord trois épreuves écrites, puis l'épreuve orale du colloquio, qui signifie l'entretien.

L'oral compte pour 30% de la note totale

Cette dernière est la plus redoutée par les élèves, notamment parce qu'elle pèse actuellement pour 30% de la note finale. Pour obtenir l'examen, il faut accumuler au minimum 60 points sur 100 au total. Les 100 points sont répartis ainsi: jusqu'à 25 points de contrôle continu pendant les trois dernières années du secondaire; 45 points pour les épreuves écrites (15 par épreuve); 30 points pour l'oral et 5 de bonus.

L'oral intervient à la toute fin de la maturità. Les dates de passage de chacun sont déterminées à l'avance, et certains élèves bénéficient de plus de temps que d'autres pour se préparer, comme pour le rattrapage en France. Cet entretien s'articule en trois parties: l'élève doit d'abord présenter un mini-mémoire, qui peut être multimédia et dont il choisit le sujet. Ce texte doit être pluridisciplinaire et illustrer le parcours de l'élève pendant ses années de lycée. Ensuite, le jury interroge l'élève sur différentes matières. Enfin, il lui expose plusieurs de ses erreurs ou imprécisions réalisées lors des épreuves écrites et lui demande de les corriger à l'oral.

Un jury de sept professeurs dont quatre inconnus

La commission qui interroge l'élève est composée de sept personnes au total: trois professeurs issus du lycée de l'élève, mais aussi un président et trois professeurs "externes", venus d'autres établissements, et que l'élève ne connaît pas. Quelques semaines avant l'oral, à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin, la liste des professeurs "externes" composant les jurés sont rendues publiques, et les élèves sont incités à se renseigner sur leur profil pour avoir une idée plus précise des questions qui peuvent leur être posées. Pour rendre l'épreuve un peu plus difficile, certains professeurs peuvent interroger sur différentes matières, en fonction de la filière dans laquelle ils ont passé leur concours pour devenir enseignants.

Un professeur d'italien peut par exemple être habilité pour l'italien et pour le latin, et poser des questions sur les deux matières. Un professeur de mathématiques, s'il a l'habilitation, peut interroger les bacheliers sur la physique. 

Le bac italien réformé en 2018

Mais comme en France, le bac italien doit faire l'objet d'une réforme, dès 2018. Parmi les nouveautés, décrites par le quotidien La Stampa, une des épreuves écrites doit être supprimée, et l'épreuve orale quelque peu modifiée, puisqu'elle comptera deux volets. Le mini-mémoire portera sur un sujet défini d'avance et non plus du choix de l'élève et devra inclure un volet retraçant des expériences professionnelles.

La notation va changer elle aussi, et la primauté de l'épreuve orale doit notamment disparaître. Les deux épreuves écrites restantes et l'épreuve orale compteront chacune pour 20 points. Les points de contrôle continu accumulés au cours des trois dernières années, plafonnés jusque-là à 25, pourront atteindre 40.

Charlie Vandekerkhove