BFMTV

Maths, français: comment seront évalués les élèves de CP à la rentrée

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

Les enfants qui, dans quelques jours, vont faire leur rentrée au CP seront évalués en mathématiques et en français dès leurs premières semaines d'école. Mais le ministère assure à BFMTV.com que ces tests ne sont qu'un "outil" au service de l'enseignant.

C'est l'une des nouveautés de cette rentrée scolaire 2017: les élèves de CP seront évalués en mathématiques et en français. Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, l'a annoncé mardi lors d'une conférence de presse.

Les écoliers seront ainsi soumis à une série de tests dès la deuxième quinzaine du mois de septembre. Ce dispositif, critiqué par les syndicats d'enseignants, avait été supprimé en 2012. Ces évaluations avaient été sévèrement jugées par le Haut Conseil de l'éducation, qui avait estimé que les indicateurs qui en étaient tirés n'étaient "pas fiables".

Ce dispositif avait auparavant été remis en place par Xavier Darcos en 2009, alors que la direction générale de l'enseignement scolaire était à l'époque pilotée par Jean-Michel Blanquer.

Deux cahiers de sept et dix pages

En mathématiques, il s'agira d'évaluer les premières compétences relatives à la construction du nombre, aux capacités de calcul et d'identification de formes géométriques. En français, l'évaluation portera sur le langage oral, la capacité d'attention des élèves, la lecture, la compréhension de l'écrit et de l'écriture, la richesse du vocabulaire ou encore la connaissance des lettres.

Ces tests, qui seront obligatoires, ont été mis au point au mois de juillet dernier par une dizaine de chercheurs spécialistes de l'apprentissage de la lecture et des mathématiques. "Nous avons travaillé à partir de trames existantes, en les adaptant. On a fait ce qu'on a pu, dans l'urgence", reconnaît l'un d'entre eux pour Le Parisien.

Les consignes lues par les enseignants

Concrètement, il s'agit de deux livrets: l'un de sept pages pour les mathématiques et l'autre de dix pages pour le français. Les mathématiques nécessiteront trois sessions de dix minutes et le français quatre séances de vingt minutes, indique le ministère de l'Éducation nationale à BFMTV.com, qui précise que l'enseignant organisera ce temps comme il le souhaite.

Les enfants ne sachant pas encore lire, les consignes seront donc lues par les instituteurs. Les élèves devront ainsi répondre aux exercices par écrit, entourant ou cochant la bonne réponse.

"Ces évaluations permettront à chaque professeur d'avoir des connaissances sur les acquis de chaque élève afin de proposer un meilleur accompagnement dans l'apprentissage, assure le ministère. Ce protocole national est centré sur les compétences liées à la réussite et se base sur des exercices déjà utilisés."

Repérer les lettres majuscules

En français, les élèves devront, entre autres, entourer la première ou la dernière lettre des mots d'une phrase, ou encore repérer les lettres majuscules. "Un exercice portera sur le bon ordre des lettres et des mots, ajoute le ministère. Un autre demandera aux élèves d'écrire un mot comme ils pensent qu'il s'écrit." Autre exemple: l'enfant devra entourer les dessins des mots qui contiennent ou non certaines syllabes. Illustration: trois images seront présentées aux enfants, celles d'un ballon, d'une tulipe et d'une tortue. Les enfants devront pointer le dessin du mot qui ne contient pas le son "tu".

En mathématiques, ils devront par exemple regarder une image représentant six ballons et huit enfants et devront indiquer s'il y a suffisamment de ballons pour chacun des enfants. Autre situation qui sera expliquée par l'instituteur: "Un élève a six crayons. S'il en donne deux à son frère, combien en reste-t-il? Le chiffre sera à cocher", indique encore le ministère.

Des résultats anonymes

"La finalité est double, explique au Parisien Michel Fayol, un des membres du groupe de travail. Il s'agit à la fois, pour l'institution, d'évaluer ses politiques publiques et, pour les enseignants, de détecter les difficultés particulières de leurs élèves afin d'y remédier."

Les résultats de ces évaluations seront communiqués aux parents. Les enseignants devront ensuite les transmettre de manière anonyme aux inspecteurs académiques. Le ministère garantit cependant à BFMTV.com que ces éléments ne feront pas l'objet d'une "remontée nationale", qu'aucune "donnée individuelle sur les élèves" ne sera communiquée et que "ces résultats ne conditionneront pas la composition des classes".

"Ces évaluations n'ont pas d'autre objectif qu'une visée pédagogique, promet le ministère. C'est un outil au service de l'enseignant."

Céline Hussonnois-Alaya