BFMTV

Les enfants ont de plus en plus de mal à tenir un stylo à cause de l’invasion des écrans

Cet enfant sait tenir son crayon correctement.

Cet enfant sait tenir son crayon correctement. - Elyzabeth Lloyd - flickr - CC

D'après des praticiens britanniques, un usage trop précoce et intensif des outils numériques ruinerait les efforts d'apprentissage de la micromotricité permettant l'écriture à la main.

Certains pays comme la Finlande, qui a délaissé dès 2016 l'apprentissage de l'écriture cursive - celle où les lettres sont liées entre elles -, assument l'abandon partiel du geste d'écriture. De même les Etats-Unis, qui consacrent dans 45 Etats sur 50 la prépondérance du clavier. Au Royaume-Uni au contraire, les services de santé de Sa Majesté s'inquiètent de l'incapacité des enfants à tenir correctement un crayon, comme en témoigne un article du quotidien britannique The Guardian.

"Les enfants n'entrent pas à l'école avec la force et la dextérité qu'ils avaient il y a 10 ans", déplore ainsi auprès du Guardian Sally Payne, ergothérapeute en chef de la Fondation Heart of England NHS Trust. "Les enfants qui vont à l'école reçoivent un crayon, mais ils ne sont plus en mesure de le tenir parce qu'ils n'ont pas les compétences fondamentales en mouvement. Pour pouvoir saisir un crayon et le déplacer, vous devez maîtriser les muscles fins de vos doigts. Les enfants ont besoin de beaucoup d'opportunités pour développer ces compétences."

Le problème, selon ces spécialistes, revient en grande partie à un usage trop précoce de la technologie. "Il est plus facile de mettre un iPad dans les mains d'un enfant que de l'encourager à exercer ses muscles avec des jeux traditionnels comme des jeux de construction, de découpage et de collage, ou de tirer des jouets et des cordes", détaille encore Sally Payne.

Des vertus du "tripode dynamique"

Le problème est d'ordre physiologique: pratiquer l'écriture, et encore plus l'écriture cursive, nécessite un plus long apprentissage que l'écriture en lettres capitales. Ces problèmes se répercutent dans une mauvaise tenue du crayon ou du stylo, voire des ciseaux pour d'autres travaux.

La préhension recommandée est dénommée "tripode dynamique". Un site canadien en donne une définition, schéma à l'appui: "Le crayon se tient entre le pouce et l’index, en appui sur le majeur. La préhension peut varier selon les personnes mais dans tous les cas, ce sont les doigts qui doivent bouger et non le bras."

Mais les spécialistes ne voient pas le retard des enfants comme irrémédiable si on s'attelle à leur réapprendre les bons gestes. Une mère anglaise dont le petit garçon montrait de sérieux problèmes d'apprentissage de l'écriture a témoigné que des "sessions thérapeutiques" pouvaient remédier au problème et éviter que l'enfant "ne tienne son crayon comme le ferait un homme des cavernes".

Le rôle de l'écriture manuscrite dans la mémorisation des savoirs est un autre argument en sa faveur par rapport aux prises de notes sur ordinateur. Mais pour certains spécialistes, telle Danièle Dumont, docteure en science du langage, interviewée par RMC, le problème est bien plus grave qu'un retard dans l'apprentissage des enfants. Elle y voit aussi une perte qui pourrait menacer le secret des correspondances, l'authentification des documents et, en forçant le trait, nos démocraties mêmes.

David Namias