BFMTV

Les enfants instruits à domicile n'ont pas droit à l'allocation de rentrée scolaire

En France, la scolarisation n'est pas obligatoire, seule l'instruction l'est (photo d'illustration).

En France, la scolarisation n'est pas obligatoire, seule l'instruction l'est (photo d'illustration). - Jim Watson - AFP

Les quelque 3.300 enfants dont l'instruction est dispensée par les parents, et pas par l'école ou l'enseignement à distance, sont privés de l'allocation de rentrée scolaire. Certains parents dénonce une volonté de l'État de pénaliser l'instruction à domicile.

L'allocation de rentrée scolaire (ARS), dont le montant n'a pas augmenté cette année, a été versée ce mardi à plus de 3 millions de familles, à quelques exceptions près. En effet, les enfants qui bénéficient de l'instruction à domicile n'ont pas droit à cette aide, comme le rapporte l'Express.

Un coût plus élevé que la scolarisation

En France, si l'instruction est obligatoire pour tous les enfants âgés de 6 à 16 ans, rien n'oblige les parents à les scolariser dans un établissement d'enseignement. Ainsi, 20.000 Français sont instruits à domicile, en large majorité inscrits aux cours à distance du CNED (Centre national d'enregistrement à distance) ou d'organismes privés. En revanche, 3.297 d'entre eux sont instruits par leurs parents. Et selon la loi française, ces enfants ne peuvent pas recevoir l'ARS.

Ce détail passe mal auprès des parents concernés. Selon Charlotte Jouenne, une mère de famille interrogée par l'Express, le prix de l'instruction à domicile est équivalent à celui de la scolarisation classique, voire plus élevé: "Pour que mes enfants puissent se nourrir d'autres choses que de leçons traditionnelles et rencontrer d'autres enfants, je les inscrits à des clubs de sport, je les fais participer à des ateliers scientifiques, nous visitons beaucoup de musées... Tout cela a un coût."

Les parents contre l'État

Dans un article sur son blog, Charlotte Jouenne souligne que l'État semble vouloir décourager à tous prix les parents qui souhaitent instruire eux-même leurs enfants. La page du site Service-Public.fr consacrée à l'école à la maison stipule ainsi dès la première ligne que "l'instruction des enfants est obligatoire en France et doit être assurée de préférence au sein d'un établissement scolaire".

Certains parents "homeschoolers", comme ils sont surnommés, ont décidé de faire changer les choses. Une pétition réclamant le droit à la prime de rentrée a été mise en ligne fin avril, et a récolté 1365 signatures à ce jour. Selon l'Express, sa créatrice Caroline de Schynkel était reçue mercredi par le Défenseur des droits.

H. M.