BFMTV
Education

Le nouveau guide de la laïcité de Blanquer distribué aux enseignants

BFMTV
Le vade-mecum de la laïcité de Jean-Michel Blanquer est distribué ce mercredi à tous les enseignants de France. Dans ces 83 pages, le ministère de l'Éducation nationale évoque les certificats médicaux de complaisance et l'éducation à la sexualité.

Un vade-mecum de la laïcité va être distribué à partir de ce mercredi dans les écoles françaises, qui "permettra d'avoir une référence commune à tous les établissements", a annoncé le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, dans un long entretien à L'Express.

Un "conseil des sages" a déjà été mis en place pour aider l'Éducation nationale à répondre aux problèmes de laïcité. Il est chargé de répondre aux sollicitations d'une équipe nationale "laïcité et fait religieux", elle-même déclinée en unités dans chaque académie pour "prévenir et réagir" en cas d'incident.

Une "version plus développée"

Son "premier résultat tangible" est "l'écriture d'un vade-mecum de la laïcité, que nous allons distribuer dès le 30 mai, et qui permettra d'avoir une référence commune à tous les établissements de France", selon le ministre de l'Éducation. Objectif: que "les acteurs sachent comment agir pour promouvoir la laïcité", a-t-il précisé.

Interrogé sur la différence entre ce vade-mecum et le "livret laïcité" qui avait été distribué par sa prédécesseure, Najat Vallaud-Belkacem, en décembre 2016, Jean-Michel Blanquer assure qu'il s'agit d'une "version plus développée, plus pratique et aussi peut-être plus volontariste".

Les certificats médicaux de complaisance

Selon L'Express, qui l'a consulté, ce guide de 83 pages aborde plusieurs cas concrets comme l'apparition des certificats médicaux de complaisance brandis par des filles qui, pour des motifs religieux, ne veulent pas avoir à s'afficher en maillot de bain pendant les cours de natation ou en simples tenues de sport à l'heure de la gym.

La recommandation du ministre est claire: "un absentéisme sélectif pour des raisons religieuses ne saurait être acceptée", précise le guide. Les dispenses soupçonnées de complaisance devront être soumises à l'avis d'un médecin scolaire. Difficile à appliquer pour ce représentant de parents d'élèves.

"J'ai des doutes sur le fait qu'un médecin déjuge un collègue sur une appréciation médicale. La mise en œuvre risque d'être plus compliquée que la volonté ministérielle", dénonce pour BFMTV Rodrigo Arenas, président de la FCPE 93.

Contacter le ministère dans les 24 heures

Jean-Michel Blanquer annonce aussi vouloir "mettre à disposition de chaque professeur en France une adresse de saisine où on lui garantit une prise de contact du ministère dans les vingt-quatre heures en cas de signalement d'un problème relatif à la laïcité". Pas certain que cela soit suffisant, pointe pour BFMTV Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU.

"Il y a des cellules mais c'est vrai qu'on n'a pas toujours, par manque de personnel, immédiatement le contact et l'écoute nécessaires."

Éducation à la sexualité et signes religieux

Le guide du ministère insiste également sur l'importance de l'éducation à la sexualité. Selon le vade-mecum, "ces séances présentent une vision égalitaire des relations entre les femmes et les hommes."

Autre thématique: le port de signes religieux ostensibles. Au-delà du rappel de la loi de 2004, le guide assure que le signe ou la tenue doit être étudiée au cas par cas, assure Le Monde, si "l'élève démontre sa volonté au travers de son comportement, de manifester une appartenance religieuse". Comme le port d'une "jupe longue de couleur sombre" ou d'un "bandana couvrant partiellement la chevelure".

C.H.A. avec AFP