BFMTV

La rentrée se profile et les vacances de la Toussaint posent déjà problème

A moins de trois jours de la rentrée des classes, le découpage des vacances de la Toussaint suscite déjà de nombreuses critiques.

La rentrée n'est même pas encore entamée que les prochains congés scolaires suscitent déjà les plus véhémentes critiques et ne semblent trouver grâce qu'aux yeux du ministère de l'Education nationale.

Des parents et des élèves mécontents

Cette année, les vacances de la Toussaint se dérouleront du 19 octobre 2016 au 3 novembre 2016 pour l'ensemble de la France et les trois zones A, B et C. C'est à dire qu'elles commenceront et finiront un mercredi. Les cours reprendront donc un jeudi. Une bizarrerie de calendrier que dénoncent parents d'élèves comme professionnels du tourisme.

Pour les premiers, c'est un véritable casse-tête dans l'organisation qui les attend.

"Quand on est une famille monoparentale comme dans mon cas, ça demande une organisation supplémentaire et au niveau de la coordination des rentrées et des sorties de travail ce n'est pas du tout efficace", regrette une mère tandis qu'une autre se demande comment trouver des activités qui concorderont avec les dates de vacances des enfants.

La FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) s’était opposée à ce calendrier, s’inquiétant des répercussions d'un tel calendrier pour certains élèves.

"Le positionnement de ces vacances en plein milieu de la semaine créé une véritable désorganisation, notamment pour ceux qui sont internes par exemple. On assiste encore une fois de plus à quelque chose qui n'a pas pris en compte l'organisation de la famille et des élèves", déplore Liliana Moyano, la présidente de l'association.

Et les parents ne sont pas les seuls à se plaindre. Les élèves eux-mêmes semblent pour le moins désappointés et laissent libre cours à leur colère sur Twitter:

Le gouvernement reste ferme

Du côté des professionnels du tourisme, on estime que les locations saisonnières et hebdomadaires subiront les effets de cette semaine tronquée puisqu'elles sont généralement gérées du samedi au samedi.

Mais face aux critiques, le gouvernement reste ferme, justifiant ce calendrier tant décrié en invoquant le souci des élèves. Selon le ministère de l'Education nationale, le but est de ne pas dépasser les sept semaines de cours consécutives avant les vacances. Une nouvelle formule, valable pour les trois prochaines années au moins.

M.-C.M.