BFMTV

Il décroche un doctorat à seulement 17 ans et va poursuivre ses recherches à Oxford

Hugo Sbai, doctorant à 17 ans

Hugo Sbai, doctorant à 17 ans - Youtube

Il a sauté six classes, passé le bac à 12 ans et obtenu un doctorat à 17 ans. Hugo Sbai, un étudiant de l'université de Lille, va poursuivre ses recherches en cybersécurité.

Il est à peine majeur et a déjà obtenu un doctorat en informatique. "Normalement, ça se passe en trois ans, mais tout le monde était d'accord pour que je le fasse en un an", confie Hugo Sbai à 20 minutes.

Le bac à 12 ans

Ce jeune homme, qui a décroché un bac scientifique avec mention très bien à l'âge de 12 ans, a validé fin avril, à 17 ans seulement, son doctorat à l'université de Lille. "C'est le plus jeune docteur", applaudit l'établissement d'enseignement supérieur.

Ce brillant étudiant passionné de boxe et de natation, né en 2000 en région parisienne, a connu un parcours scolaire exceptionnel. Hugo Sbai, qui se considère pourtant comme un étudiant "normal", assure-t-il à France bleu Nord, a sauté six classes et est directement passé de la sixième à la seconde. Il est ainsi entré au lycée à l'âge de 10 ans.

"J'ai fait le CP et le CE1 la même année, puis sauté la classe de CM2, la 5e, la 4e, la 3e et la 1ère. Mes tantes, doctorantes en biologie, m'ont aidé à ne pas avoir de lacunes. On voit souvent la même chose dans les programmes scolaires, mais de manière plus approfondie d'année en année, ce qui a rendu les choses moins compliquées", explique-t-il à L'Étudiant.

"La mascotte de la classe"

S'il a "ressenti un décalage" à son arrivée en seconde, n'ayant suivi qu'une seule classe au collège, il assure avoir été "un peu la mascotte de la classe, ils m'ont vraiment bien accueilli", témoigne-t-il dans La Voix du Nord. Le baccalauréat en poche, le jeune homme a ensuite étudié quatre ans à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse.

"J'ai préparé un master en informatique générale, mais j'ai aussi passé un master de droit à la Sorbonne en même temps" par correspondance, détaille-t-il dans 20 Minutes, selon lui "très utile dans la vie de tous les jours pour savoir ce que l'on a le droit de faire."

Hugo ne se définit pas pour autant comme un surdoué et n'a même jamais fait de test de QI. "Ça demande beaucoup de travail (...) mais j'ai quand même le temps d'avoir des activités à côté."

"J'ai toujours eu la volonté d'apprendre"

Son travail de doctorat a porté sur un système informatique de vidéosurveillance intelligent et adaptatif. Hugo Sbai va poursuivre une seconde thèse à l'université d'Oxford, au Royaume-Uni, autour d'un projet de recherche portant sur la cybersécurité dans le domaine bancaire, précise France Bleu Nord. "J'ai toujours eu la volonté d'apprendre. Les études sont une opportunité pour moi", confie-t-il à la radio régionale.

Pour autant, rien n'est encore tranché sur son avenir: le jeune homme envisage d'embrasser la carrière d'avocat, d'enseignant ou de se tourner vers le monde de l'industrie. "Mais je ne ferme aucune porte, assure-t-il à 20 Minutes. J'ai du temps pour finir ma recherche."

C.H.A.