BFMTV

Comment repérer les "surdoués" autour de vous au bureau

Repérer les collègues surdoués et les inciter à passer un test QI peut les aider à mieux vivre leur travail.

Repérer les collègues surdoués et les inciter à passer un test QI peut les aider à mieux vivre leur travail. - Leo Reynolds - CC - Flickr

Les intelligences hors normes sont rarement détectées au travail. Missionnés sur des tâches en-deçà de leurs capacités, les "hauts potentiels intellectuels" sombrent dans le bore-out, l'ennui professionnel. Quelques indices pour les repérer… Et les inciter à passer un test de QI.

Parfois, derrière les "bizarres" de service se cache des dons cachés. Et même une surdouance, complètement ignorée. Par eux-mêmes, car ils n'en ont pas forcément conscience, mais aussi par leur hiérarchie. Pour autant, tous les "originaux" du bureau ne sont pas des surdoués cachés. Seulement 2 à 5% de la population est dotée d'un QI hors norme, c'est-à-dire supérieur à 120, quand la moyenne oscille entre 90 et 100.

La fausse piste du niveau d'étude

En cas de soupçon, se jeter sur le CV n'est d'aucune utilité. Tous les surdoués ne sont pas sortis de Saint-Cyr. Si le niveau d’étude n’est pas un indice, c'est parce que les surdoués ont majoritairement du mal à se plier au carcan scolaire. Seul un tiers des surdoués a réalisé de brillantes études. Un tiers s’en sort sans éclat et un tiers a connu des échecs scolaires, selon l’Association française pour les enfants précoces (Afep).

Des problèmes avec la hiérarchie

Leur mode de réflexion et leur méthodologie singulière, consistant à parcourir une nébuleuse d’informations au préalable au risque de "perdre les autres", rend difficile le travail en équipe et les relations hiérarchiques. Quand ils sont chefs, ils ont également du mal à déléguer car "il est plus rapide de faire soi-même et trop long d’expliquer ce que l’on veut aux autres qui risques, en plus, de faire mal", selon Cécile Bost, qui s’est elle-même découverte surdouée sur le tard et a entrepris d'écrire S'intégrer et s'épanouir dans le monde du travail.

Meilleurs dans l'urgence

Ils sont facilement capables de jouer au pompier grâce à leur rapidité d’exécution qui les rend meilleurs dans l’urgence. La contrainte de temps peut stimuler leurs capacités: trouver des systèmes pour en gagner par la suite est leur spécialité. "On fait souvent la réflexion aux hauts potentiels intellectuels qu’ils vont trop vite. Les collègues se sentent obligés d’accélérer la cadence", relève Stéphanie Aubertin, psychologue spécialiste des surdoués. Cantonnés à des travaux simples, ils présentent de lourdes contre-performances sur ce type de tâches réplétives et sombrent dans un ennui profond, le bore-out, le pendant du burn-out.

Des questions en rafale

Ils peuvent aussi agacer car "ils ont énormément besoin d’échanger et d’intellectualiser", analyse la psychologue. Ils ont besoin de tout comprendre et que chaque opération ait un sens. Ils posent sans cesse des questions, ce qui peut passer pour une remise en cause permanente de l’ordre établi. Davantage incompris du travail que rebelles, ils ressentent souvent un malaise professionnel profond. Pour les aider à s'épanouir, les inciter à passer un véritable test QI, avec accompagnement psychologique, peut se révéler salvateur. Et annoncer le début d'une nouvelle vie professionnelle.

Rozenn Le Saint