BFMTV

Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer évoquent les chantiers de l'Education nationale

Jean-Michel Blanquer et Edouard Philippe.

Jean-Michel Blanquer et Edouard Philippe. - Alain JOCARD / AFP

Ce mercredi, Ouest France a fait paraître sur son site un entretien réalisé avec Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer au sujet des projets du gouvernement pour l'Education nationale.

Le Premier ministre le ministre de l'Education nationale ont fait part ce mercredi matin de leurs plans concernant cette dernière lors d'un entretien publié sur le site de Ouest France dans la soirée. Lors de l'échange, Jean-Michel Blanquer a commencé par poser: "De façon générale, la formation initiale des professeurs ne nous donne pas satisfaction."

Un accompagnement renforcé 

Rappelant que d'après lui, l'accent "doit être mis sur les apprentissages fondamentaux : lire, écrire, compter, avoir une culture générale mais aussi respecter autrui", Jean-Michel Blanquer a déclaré: "Dans le cadre de leur formation, les futurs professeurs doivent avoir davantage devant eux des enseignants qui sont eux-mêmes au contact des élèves." Il a continué à décrire les contours qu'il souhaite donner à la formation des professeurs: "Il faut aussi développer le tutorat par le biais d’un accompagnement renforcé avec des pairs. Enfin, l’entrée dans le métier ne doit pas se faire dans un seul temps mais progressivement". Enfin, il a remarqué: "Il faut aussi développer le tutorat par le biais d’un accompagnement renforcé avec des pairs. Enfin, l’entrée dans le métier ne doit pas se faire dans un seul temps mais progressivement". 

Le ministre a d'ailleurs abordé le chapitre de la prime destinée aux personnels de l'Education nationale exerçant dans les zones prioritaires. "Au mois de septembre, une prime de 1 000 € net va être donnée aux personnels dans les REP + (réseaux d’éducation prioritaire). En septembre 2019, ce sera 2 000 € net. Et en septembre 2020, 3 000 € net", a-t-il dit. Il a exprimé sa volonté de voir cette aide agir comme "une stimulation au service de la réussite des élèves". 

Edouard Philippe dit vouloir "privilégier les réponses concrètes" 

Jean-Michel Blanquer a aussi développé sa vision quant à l'avenir des académies: "Les sièges de rectorat ne seront pas forcément dans la capitale régionale. Comme par exemple avec Caen en Normandie alors que la capitale est à Rouen." Il s'agit notamment pour lui de maillage territorial. "Nous voulons à la fois des recteurs stratèges à l’échelle des régions et des instances départementales confortées dans leurs missions opérationnelles de soutien aux établissements Cela renforcera notre objectif de gestion de proximité et d’attention au monde rural", a-t-il estimé. 

Edouard Philippe a de son côté fait la synthèse des propositions avancées par son gouvernement:

"Avec Jean-Michel Blanquer, nous privilégions les réponses concrètes et opérationnelles : valoriser l’engagement dans les REP + avec la prime évoquée plus haut, développer les heures supplémentaires, attirer les personnes susceptibles de rejoindre l’éducation nationale dans une seconde carrière."

Robin Verner