BFMTV

Ces enseignants victimes de la violence des parents: "j'ai pris un énorme coup de pied qui m’a pliée en deux"

De plus en plus de professeurs sont victimes des violences de la part de certains parents d'élèves. Entre 2017 et 2018, les menaces envers le personnel enseignant ont augmenté de 7%.

Menaces, agressions, insultes… Les langues se délient peu à peu dans l'Education nationale et des tensions se dessinent dans les relations parents-profs. Des enseignants rapportent avoir été victimes de la violence de parents d’élèves. C'est le cas de cette professeure d’Histoire-géographie, aujourd’hui à la retraite, qui a dû faire face un matin à l'ire de la mère d'un de ses élèves.

"J’avais mis un mot dans le carnet de son fils disant qu’il démarrait mal l’année car il ne faisait rien à part le caïd dans la classe", se souvient-elle au micro de BFMTV. Quelques jours plus tard, la mère du garçon débarque en plein cours. "Elle me dit qu’il faut que j’arrête de ‘faire chier’ son fils. Elle s’approche de moi, très menaçante et là, elle m’agrippe par les cheveux et me gifle violemment. Ensuite, j’ai pris un énorme coup de pied qui m’a pliée en deux", livre-t-elle.

Produit de consommation

Les menaces envers le personnel enseignant ont augmenté de 7% entre 2017 et 2018. Georges Fotinos, ancien inspecteur de l’Education nationale, a publié de nombreuses études sur la dégradation des relations entre parents et professeurs. L’école est devenu un produit de consommation comme un autre, avance-t-il.

"20% des parents sont des consommateurs d’école. Ils considèrent que c’est un commerce et qu’ils sont des clients, alors ils en adoptent le comportement. Si le produit ne leur convient pas, ils vont voir le directeur et demandent des modifications", expose l'expert.

Selon les statistiques de Georges Fotinos, ce ne sont pas les élèves qui insultent les directeurs d’école mais bien les parents. Dans 8 cas sur 10, ils seraient à l'origine de ces dérives.

Retrouvez l’intégralité de cette enquête dans Grand angle ce soir sur BFMTV à 22h45 et 23h45

Ambre Lepoivre