BFMTV

Antibes: des élèves secourent leur professeur, victime d'un malaise cardiaque

Lundi après-midi, dans un lycée d'Antibes, un professeur d'EPS est tombé, victime d'un malaise cardiaque. Grâce à l'intervention de quatre de ses élèves, qui ont pratiqué sur lui les gestes de premiers secours, il a pu reprendre connaissance et être transporté à l'hôpital. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a salué leur réaction ce mardi matin sur notre antenne.

Il a fallu la lucidité de quatre de ses élèves, âgés de 17 ans, pour lui sauver la vie. Lundi après-midi, dans le gymnase du lycée Jacques Audiberti où il enseigne, un professeur d'EPS s'est effondré en plein cours de musculation, victime d'un malaise cardiaque, comme l'a relaté France Bleu. Aussitôt, ses élèves l'ont mis en position latérale de sécurité. Constatant qu'il ne respirait plus, l'un d'entre eux est ensuite parti chercher l'infirmière du campus. 

L'hommage de Jean-Michel Blanquer 

Dans l'intervalle, un autre lycéen lui a administré un massage cardiaque, avant qu'un de ses camarades n'applique le défibrillateur. L'infirmière est alors arrivée sur place, précédant pompiers et policiers. L'enseignant a repris connaissance et a pu être transporté au centre hospitalier d'Antibes. Une cellule psychologique a été ouverte au sein du lycée. 

Jean-Michel Blanquer, qui a aussi tweeté sur le sujet, a rendu hommage à l'action de ces lycéens ce mardi matin lors de son entretien avec notre journaliste Jean-Jacques Bourdin. "C’est une histoire magnifique. Ils ont fait exactement tous les gestes qu’il faut faire", a-t-il dit. Il a enchaîné:

"C’est une très belle histoire qui illustre au passage une politique que nous menons dans la durée qui est très importante, qui est le développement des cours de secourisme. J’ai signé récemment un accord avec la Croix-Rouge pour faire encore plus. C’est quelque chose qu’on veut de plus en plus systématiquement, y compris dans la cadre du service national universel dans le futur, et dans le cadre du collège, pour qu’il y ait de plus en plus d’élèves qui en bénéficient."

Robin Verner