BFMTV

Écotaxe, équitaxe: journée de mobilisation en demi-teinte

-

- - -

Suspendu vers midi, le mouvement des routiers contre l'écotaxe n'a pas duré longtemps. Une délégation de routiers a cependant été reçue par le ministre des Transports.

Ils étaient déterminés à bloquer de nombreux axes routiers en France lundi, mais faute de manifestants, les routiers ont dû suspendre leur action à la mi-journée. Ils ont cependant été reçus en milieu d'après-midi par le ministre des Transports.

C'est vers 6h30, lundi, que les premiers barrages filtrants avaient été installés sur l'autoroute A25. Dimanche soir, les routiers avaient promis un lundi de fortes perturbations du trafic sur plusieurs axes en France. Ils entendaient par là protester contre l'écotaxe, fort du succès de la mobilisation de samedi.

« On est malheureusement contraints et forcés d'annuler »

De leur côté, les représentants de centres équestres avaient décidé de protester contre l'équitaxe, l'augmentation du taux de TVA qui doit passer de 7% à 20% en janvier, en menant des opérations escargot en Ile-de-France.

Si les routiers ont dû suspendre leurs blocages vers midi, des camions des poneys ont eux poursuivi leur route vers le Salon du cheval de Villepinte jusque dans l'après-midi. « On n'a pas pour but d'embêter mais plutôt d'être vus », a déclaré Loïc Caudal, président du comité d'équitation des Hauts-de-Seine, en indiquant qu'une voie de passage serait laissée libre sur l'A13 et deux sur le boulevard périphérique.

Côté routiers, le collectif indépendant dirigé par Alain Spinelli a annoncé en début de matinée l'arrêt de son mouvement: « on est malheureusement contraints et forcés d'annuler », faute d'un nombre suffisant de camions mobilisés, a expliqué Alain Spinelli devant la presse à Croissy-Beaubourg en Seine-et-Marne, l'un des barrages, où quatre camions avaient répondu à l'appel.

« Concurrence déloyale »

Le mouvement de routiers a cependant estimé que qu'une « partie de l'objectif » avait été « atteint », le ministre des Transports ayant accepté de recevoir Alain Spinelli, chef de file du collectif indépendant de chauffeurs routiers. « Il va y avoir une vraie remise à plat de l'écotaxe, les tables rondes vont être élargies à ceux qui représentent la base », a précisé Yann Viguier, porte-parole du collectif.

En milieu d'après-midi, après avoir reçu la délégation des transporteurs routiers, Frédéric Cuvillier, ministre des Transports, a dénoncé « la concurrence déloyale qui règne dans le milieu du transport routier. Nous ne pouvons pas laisser des comportements qui sont des comportements de négriers dans ce domaine ».

« De 2007 à 2012, l'activité du transport routier français a chuté de 25%, c'est un secteur qui est en crise et en crise grave. Je veux défendre le pavillon routier français. Nous avons un plan national de modernisation et nous avons à porter un message au niveau européen », a ajouté Frédéric Cuvillier.

La rédaction