BFMTV

Drones: 3 personnes interpellées près d'une centrale dans le Cher

Les trois jeunes hommes ont été interpellés aux abords de la centrale de Belleville-sur-Loire, dans le Cher.

Les trois jeunes hommes ont été interpellés aux abords de la centrale de Belleville-sur-Loire, dans le Cher. - Le Morvandiau - Wikimedia

La gendarmerie, jointe par BFMTV.com, n'indique pas pour le moment s'ils sont liés aux précédents survols de centrales nucléaires.

Trois jeunes gens ont été interpellés, mercredi vers 17 heures, en possession d'au moins un drone relativement sophistiqué, aux abords de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, dans le Cher, a confirmé une source proche du dossier, jointe par BFMTV.com. Ces jeunes gens tournaient en voiture à une centaine de mètres de la centrale. Selon la procureure de Bourges, saisie de l'affaire, ils sont en garde à vue pour "survol d'une zone interdite".

"La centrale n'a pas été survolée, le drone est resté aux abords" des installations, a précisé en fin de soirée, Marie-Pierre Viret, substitut du procureur de Bourges, en indiquant que la zone interdite de survol était d'environ cinq kilomètres de rayon autour de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire.

Des enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens se sont rendus à Bourges pour entendre les suspects. En revanche, la section anti-terroriste du parquet de Paris n'a pas été saisie.

Un contrôle fortuit

Ces arrestations surviennent après une série de survols qui ont plongé ces derniers jours les autorités dans l'embarras. Le ministère de l'Intérieur n'était pas joignable dans l'immédiat pour réagir.

Les trois personnes concernées, deux hommes de 24 et 31 ans et une femme âgée de 21 ans ont été interpellés vers 17 heures, à la suite d'un contrôle fortuit, selon les informations de BFMTV..

Leurs motivations n'ont pas été communiquées pour le moment.

Aucune revendication à ce jour

Les trois personnes arrêtées ce mercredi "ne sont pas soupçonnées d'être les auteurs de survols d'autres centrales nucléaires" par des drones, depuis le début du mois d'octobre. Ces petits engins télécommandés, certains très légers, ont été vus survolant à une quinzaine de reprises des centrales dans plusieurs régions de France.

Un drone s'était déjà approché de la centrale de Belleville-sur-Loire, sans toutefois franchir son périmètre de sécurité, avait-on appris le week-end dernier. Lundi, un nouveau vol a été détecté au-dessus de l'ancien réacteur Superphénix de Creys-Malville, en Isère, en cours de démantèlement.

Pour l'instant, aucune de ces actions n'a été revendiquée publiquement. Plusieurs théories s'affrontent, certaines évoquant la possibilité d'une implication d'un groupe anti-nucléaire, ou bien d'un lobby anti-drone comme les Anonymous, coutumiers des actions coup de poing.

Alexandra Gonzalez et Jé. M., avec Dominique Rizet