BFMTV

Dons pour Notre-Dame: pour Franck Riester, "il est trop tôt pour conclure que nous avons assez d'argent"

La cathédrale Notre-Dame en travaux, le 10 mai 2019.

La cathédrale Notre-Dame en travaux, le 10 mai 2019. - Bertrand Guay - AFP

Selon le ministre de la Culture, les promesses de dons s'élèveraient aujourd'hui à 850 millions d'euros.

Un mois jour pour jour après l'incendie de Notre-Dame de Paris qui a en partie ravagé le fleuron de l'art gothique parisien, le ministre de la Culture Franck Riester a tenu ce mercredi un point presse improvisé à quelques mètres seulement du lieu du sinistre. Après avoir fait un point rapide sur la situation des travaux et du trésor de la cathédrale, Franck Riester a également évoqué les dons reçus dans le cadre de la mise en place de la souscription nationale. 

Selon lui, cette dernière, mise en place dès le lendemain de l'incendie, "permet à trois fondations, la Fondation de France, la Fondation Notre-Dame et la Fondation du Patrimoine ainsi que le Centre des Monuments historiques de collecter depuis un mois les fonds qui serviront à la restauration et à l'entretien de Notre-Dame." Selon le ministre, les promesses de dons s'élèveraient aujourd'hui à 850 millions d'euros. 

"L'élan de générosité" doit continuer 

En revanche, Franck Riester a, en filigrane, critiqué la décision de la Fondation du patrimoine d'arrêter, de son côté, la souscription. 

"Pour l'instant, il est beaucoup trop prématuré pour prendre une telle décision. Il est beaucoup trop tôt pour conclure que nous avons suffisamment ou trop d’argent pour restaurer. Il peut y avoir une différence entre promesses de don et le versement réel des dons. D’autre part, nous n’avons pas, à l’heure actuelle, de chiffrage de ce que représenteront les travaux de restauration. Nous devons rester mobilisés, que cet élan de générosité continue avec les fondations pour s’assurer qu’ils soient à la hauteur", a-t-il conclu. 
Hugo Septier